Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Recrutements

Pour faire face à l’augmentation du nombre de lycéens, la région Centre-Val de Loire recrute

Publié le 29/05/2018 • Par Christine Berkovicius • dans : Actu Emploi, Régions, Toute l'actu RH

AdobeStock_3640892
©pst - stock.adobe.com
La collectivité doit renforcer ses effectifs pour répondre à l’évolution du fonctionnement des établissements scolaires et au vieillissement de son personnel. Il lui faut aussi pallier la suppression des emplois aidés qui a fortement déséquilibré la gestion des lycées.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Des surfaces en hausse, des internats plus fréquentés, des exigences toujours plus grandes pour la restauration collective, et des agents vieillissants… La région Centre-Val de Loire a fait le constat d’une profonde évolution du fonctionnement de ses lycées au fil des ans, et décidé, il y a 18 mois, d’engager une réflexion sur l’adaptation des effectifs pour améliorer le service rendu dans les établissements.

« Nous avons dû embaucher 85 CDD pour parer au plus pressé, mais il ne s’agissait que de solutions d’attente pour éviter la rupture.

A cela s’est ajouté la suppression de 289 contrat aidés en janvier, qui a « percuté de plein fouet » l’organisation des lycées en terme de ressources humaines, ce qui a obligé l’exécutif à réagir d’urgence. « Nous avons dû embaucher 85 CDD pour parer au plus pressé, mais il ne s’agissait que de solutions d’attente pour éviter la rupture. Il n’était pas possible de continuer à fonctionner durablement sur ces bases, il nous faut davantage de moyens, nous avons donc décidé d’embaucher », explique le président de la région, François Bonneau (PS).

Des effectifs stables depuis 2009

La région, dont les effectifs, hors transferts de compétence, sont restés stables depuis 2009, va créer 170 postes d’agents de catégorie C, recrutés hors concours, sur des postes aussi divers que cuisinier ou agent d’entretien polyvalent. Le surcoût « sera de deux millions d’euros en fonctionnement en année pleine » et pourra être assumé dès cette rentrée 2018, assure Marc Gricourt (PS), vice-président du conseil régional en charge du personnel. « Cela ne remet pas en cause notre volonté de maintenir une bonne gestion. Mais on ne peut pas à la fois vouloir mieux former et abandonner la qualité de l’accueil ».

2250 agents de plus en plus sollicités, et de plus en plus fatigués, d’autant que ce personnel vieillit.

Pour calibrer ce plan d’embauche, la région a passé au crible ses 97 lycées dont les effectifs ne cessent de grimper. Ils accueillent 83000 élèves, et la hausse va encore se poursuivre quelques années puisque la région pronostique 4500 lycéens de plus d’ici 2025-2026, ce qui va entraîner la construction de deux lycées dans l’académie et des travaux d’extension pour d’autres établissements dans des secteurs géographiques sous pression. Ses 2250 agents, qui entretiennent deux millions de mètres-carrés de surface et préparent 9 millions de repas par an, sont donc de plus en plus sollicités, et de plus en plus fatigués, d’autant que ce personnel vieillit. « Pour plus d’efficacité, nous nous sommes simplement contenté d’adapter les effectifs en fonction nombre de mètres-carrés », précise Aude-Laure Velatta, DRH au conseil régional. « Nous avons pris en compte d’autres paramètres, comme l’âge des agents, les restrictions d’activité qui compliquent l’organisation du service puisqu’il y a des mouvements ou tâches qu’ils ne peuvent plus faire, l’absentéisme…», avec pour but de faire baisser les problèmes de santé.

Des équipes mobiles pour intervenir en urgence

La région a également repensé l’organisation des tâches en créant des cellules mobiles qui pourront intervenir en urgence, pour un remplacement par exemple. Elles seront positionnées sur les grandes agglomérations, là où les tensions sont les plus fortes, et regrouperont au total une vingtaine d’agents. Elles vont aussi permettre de recentrer des personnels sur leurs métier – une demande des syndicats – en mutualisant par exemple un électricien sur plusieurs établissements. Enfin la région espère compléter ses équipes avec une centaine de nouveaux contrats aidés, soit 50 équivalents temps plein, obtenus dans le cadre du nouveau dispositif national « parcours emploi compétence »  qui ne seront sans doute pas opérationnels tout de suite puisqu’ils s’agit désormais de publics très éloignés de l’emploi.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pour faire face à l’augmentation du nombre de lycéens, la région Centre-Val de Loire recrute

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement