logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/565954/manque-de-transports-on-se-prive-de-sortie-meme-en-ile-de-france/

MOBILITÉ INCLUSIVE
Manque de transports : on se prive de sortie… même en Ile-de-France
Isabelle Raynaud | France | Publié le 29/05/2018 | Mis à jour le 28/05/2018

41% des personnes interrogées par le Laboratoire de la mobilité inclusive ont renoncé ou repoussé un loisir ou une sortie, faute de transports. Les usagers jugent également que le coût des transports devrait baisser pour améliorer la qualité de vie.

conseil mobilitéDe quoi ont besoin les Français, en matière de transports, pour se déplacer facilement et améliorer leur qualité de vie au quotidien ? C’est pour le savoir que le Laboratoire de la mobilité inclusive (LMI) a lancé une étude « La mobilité et l’accès des Français aux services de la vie quotidienne »(1) [1], qui paraît pour les 5e Rencontres de la mobilité, ce 29 mai 2018.

Si l’an dernier l’étude du Laboratoire était consacrée aux liens entre mobilités et emploi [2], elle s’attelle cette fois à trouver les freins aux déplacements du quotidien : démarches administratives, loisirs et sorties culturelles, rendez-vous médical, courses… Si 65% des personnes interrogées considèrent que se déplacer facilement est une condition « indispensable » pour la qualité de la vie quotidienne, ils sont nombreux à déjà avoir annulé ou repoussé une sortie faute de transports.

Risque d’isolement social

Dans le détail, 41% des sondés ont renoncé ou repoussé à plus tard une sortie culturelle, 36% à faire des démarches administratives, 30% à se rendre à un rendez-vous médical, 29% à pratiquer une activité physique ou sportive et 26% à faire ses courses alimentaires.

Particularité des résultats : ce sont les habitants de l’agglomération parisienne qui déclarent plus largement que la moyenne avoir déjà renoncé à des loisirs ou à une sortie culturelle (54 %). « Pour cette population qui dispose d’un large choix de moyens de transport, c’est moins un manque d’offre de transport qu’une question de fluidité », explique Valérie Dreyfuss, déléguée générale du LMI.

Le manque de déplacement peut aussi causer un isolement social. 37% des personnes interrogées affirment ainsi qu’elles ont déjà renoncé à rendre visite à leur famille car elles n’avaient pas accès à un moyen de transport pour s’y rendre. 34% ont également décliné une invitation chez des amis.

Freins financiers

Pour améliorer leur situation, 23% des sondés envisagent de déménager pour se rapprocher des centres d’activités ; 30% pourraient changer de travail ou de mode de vie (télétravail, temps partiel, arrêt de l’activité).

Mais surtout, pour améliorer leurs déplacements, les internautes ayant répondu au sondage souhaitent un coût des transports à la baisse : essence, tickets de transport, assurance… Ils sont 53% à trouver que les mobilités ont un coût important. Ils suggèrent également, à 35%, un réseau de transports en commun avec des horaires ou des fréquences mieux adaptées à leur quotidien.

POUR ALLER PLUS LOIN