Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Mobilité

Ile-de-France : une consultation internationale pour construire (enfin) une vision partagée

Publié le 25/05/2018 • Par Arnaud Garrigues • dans : Actualité Club Techni.Cités, Régions

forum2
AG
La consultation internationale que va lancer le Forum métropolitain du Grand Paris va permettre de rapprocher les visions de la multitude d'acteurs publics compétents en matière de mobilité en Ile-de-France (Etat, région, ville de Paris, etc.). L'objectif est de faire travailler 4 équipes de chercheurs sur la mobilité du futur, à l'horizon 2030 et 2050.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La hache de guerre n’est pas encore enterrée entre la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, et la maire de Paris, Anne Hidalgo. Mais peut-être que l’initiative présentée ce jeudi 24 mai va contribuer à apaiser les esprits, et permettre de construire une vision plus partagée sur la mobilité. C’est bien l’un des enjeux de la consultation internationale que lance le Forum métropolitain du Grand Paris (FMGP) sur le devenir du réseau des autoroutes, du boulevard périphérique et des voies rapides.

Réinventer la route à l’horizon 2030

Au total, ce sont près de 800 km de routes qui sont concernées. L’idée est donc de voir comment faire évoluer la gestion de ces infrastructures pour construire des « mobilités durables, intelligentes et optimisées à l’horizon 2030 et 2050 en Ile-de-France », avec un point d’étape particulier en 2024 pour les Jeux Olympiques – avec une demande de propositions d’«idées créatives ». Dans le cadre de cet appel d’offres (doté de 2,6 millions d’euros) , 4 équipes seront retenues pour imaginer des scénarios, des stratégies, et surtout essayer de penser ce que pourrait être la mobilité du futur, avec des formes toujours plus diverses et une révolution du numérique qui empêche aujourd’hui d’avoir une vision claire de qu’il va advenir.

Mettre fin à l’auto-solisme

Il faut dire que la circulation routière est un véritable casse-tête en Ile-de-France, avec des axes affichant jusqu’à 90 à 250 000 véhicules/jours, certains étant véritablement saturés (27% du trafic est concentré sur 2,5% de ces axes, a rappelé le préfet d’Ile-de-France).

Partant du constat que les transports collectifs ne pourront répondre à tous les besoins, avec notamment un chantier du Grand Paris express qui prend du retard, Valérie Pécresse a souligné l’importance de « réinventer la route. Il est passéiste de penser la route comme un aspirateur à pollution et à bruit. Il faut la réinventer. C’est « has been » d’opposer la route et les transports collectifs », a-t-elle lancé, soulignant que le véritable ennemi n’était pas la voiture mais l’auto-solisme (c’est-à-dire être seul dans sa voiture). Un constat partagé par Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris en charge de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité : « si on arrivait à passer de 1,1 à 1,7 personne par voiture, nos problèmes de congestion seraient  résolus ». L’objectif  est donc de faire en sorte que les véhicules individuels – au-delà de la nécessaire réduction des pollutions qu’ils émettent – deviennent des véhicules partagés et constituent donc une nouvelle forme de transports collectifs, à côté des futurs robots taxis ou navettes autonomes.

Mais cette étude ne se penchera pas sur les problèmes de gouvernance de la mobilité que connait ce territoire, qui est complexe tant les compétences de ces voiries sont éclatées entre les collectivités (la Ville de Paris, les communes, intercommunalités, départements et la région) ainsi que l’Etat. Les récentes piques échangées sur la fermeture des voies sur berge,  décidée par les élus parisiens et combattue par Valérie Pécresse, en sont un bon exemple. « Quand une collectivité prend une décision, ça impacte les autres. Il faut de la coordination », a de son côté martelé Valérie Pécresse. Tandis que Jean-Louis Missika a évoqué « les fake news » sorties sur l’impact de la fermeture de ces voies, et a appelé à ce que « la Ville de Paris soit partie prenante de la réflexion de la région sur les véhicules autonomes (1) ».

Jean-Louis Missika a évoqué le type d’évolutions qui pourraient ainsi être envisagées : transformer des autoroutes en des boulevards urbains, pour mettre fin aux fractures qu’imposent ces axes fermés à des territoires ; aller vers des péages urbains, alors qu’actuellement les autoroutes deviennent gratuites à l’abord des villes ; développer les circulations douces ; comment traiter des nœuds de congestion (la porte de Bercy, la porte de la Chapelle, etc.) ; le périphérique doit-il perdurer dans sa forme actuelle.

Construire un socle de données partagées

Un point crucial a été maintes fois évoqué par tous les élus : la nécessité de fiabiliser les données et construire une base commune. Notamment parce qu’à l’heure actuelle, ces informations sont éclatées entre tous les maitres d’ouvrage. Un traitement va être nécessaire pour les rendre compatibles entre elles et les agréger.

En parallèle, il faut aussi s’entendre sur l’évolution de ce territoire, de ses créations d’emplois, logements, déplacements domicile-travail, … et là aussi avoir des chiffres communs et concernant tout le Grand Paris. Autant d’informations qui vont permettre de construire le socle d’une vision partagée de l’évolution de ce territoire, qui sera dans un premier temps mis à profit par les 4 équipes de chercheurs retenus, mais aussi ensuite par les élus et les collectivités. Avec l’objectif d’harmoniser et de mieux coordonner leurs politiques publiques. Et en la matière, il y a beaucoup à faire.

Le calendrier de la consultation

  • juin-septembre 2018 : passation du marché.
  • mi-septembre : notification aux 4 lauréats.
  • septembre 2018 – avril 2019 : production des études puis discussions au sein du comité de pilotage du forum métropolitain du Grand Paris.
  • mai-août 2019 : exposition des travaux

Une concertation citoyenne – de la société civile aux décideurs publics – sera également organisée.

Régions

Notes

Note 01 Valérie Pécresse a annoncé que la région avait décidé d’investir 100 millions d’euros pour développer une politique ambitieuse sur les véhicules autonomes avec la volonté de devenir le territoire le plus en pointe en Europe voire dans le monde sur cette question Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ile-de-France : une consultation internationale pour construire (enfin) une vision partagée

Votre e-mail ne sera pas publié

JORA

29/05/2018 04h00

Bonjour,
Les ponts-routes, ne seraient-ils pas une alternative, et une solution pour tous.
Nous n’utilisons que très rarement les hauteurs, évidemment à réfléchir sans altérer le paysage architectural Parisien..

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement