Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Lutte contre les violences

« C’est la désorganisation qui génère de la violence »

Publié le 10/12/2019 • Par Solange de Fréminville • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

Christophe Choquet - Marie Lembach
D.R.
Christophe Choquet, responsable médical des urgences de Bichat (AP-HP) constate qu’en milieu hospitalier, les violences sont souvent liées à de mauvaises conditions d’accueil. Marie Lembach, psychologue à l’unité cognitivo-comportementale (UCC) du CHU de Montpellier, pointe la multiplicité des facteurs d’agressivité et recommande de changer les relations avec les soignés.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Quels sont les facteurs d’agressivité à l’égard des professionnels ?

Christophe Choquet : Dans la majorité des situations, c’est la désorganisation du service qui génère de la violence. Quand vous attendez plusieurs heures sans que personne ne vous parle, que vous souffrez et que personne ne vous donne de traitement antalgique, ou lorsque vous retrouvez un proche sur un brancard, au milieu d’un couloir, sans que personne ne se soit occupé de lui, même si vous êtes calme habituellement, vous êtes au minimum exaspéré, voire agressif. Les patients, à froid, admettent d’eux-mêmes qu’ils se sont emportés, ils s’excusent, mais ils disent : « mettez-vous à ma place ! ». Il y a probablement 5 à 10 % de nos patients, qui sont intolérants à la frustration et dont le comportement ne saurait être ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« C’est la désorganisation qui génère de la violence »

Votre e-mail ne sera pas publié

citoyen95100

10/01/2020 07h29

ces expériences ou ces pratiques mériteraient d’être plus connues du public et des médias.
Des reportages télévisés seraient les bienvenus.
merci

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement