Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Union européenne

Fonds structurels post 2020 : la bataille a commencé

Publié le 23/05/2018 • Par Isabelle Smets • dans : A la une, Europe

banque européenne d'investissement
Flickr cc by 準建築人手札網站 Forgemind ArchiMedia
Plusieurs Etats réclament de couper davantage dans les Fonds structurels. Objectif : diminuer le budget de l’UE. A l’inverse des députés européens et du Comité des Régions, qui veulent regonfler les enveloppes. Les passes d’armes viennent donc de commencer sur fond de questions autour de la crédibilité des chiffres avancés par la Commission.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Il le dit sans ambages : son projet ne devait contenter personne. « C’est la preuve de son équilibre », assène le commissaire européen au Budget, Günther Oettinger, comme pour se rassurer, en parlant de la proposition de budget 2021-2027 présentée par la Commission le 2 mai dernier. Au moins sur ce point-là, c’est réussi.

Débattue pour la première fois au niveau ministériel le 14 mai, la copie n’a pour l’instant convaincu aucune délégation. Un camp s’est même déjà formé pour réclamer son rabotage, en visant plus ou moins clairement les Fonds structurels.

Selon les chiffres – contestés (voir encadré) – de la Commission, le projet de budget sur la table s’établit à 1,11% du revenu national brut (RNB) de l’UE. Il est légèrement en hausse par rapport à 2014-2020, et avec une part réservée à la politique de cohésion de 330,6 milliards d’euros (en prix constants, sans tenir compte de l’inflation).

Soit, d’après les calculs de l’exécutif européen, une baisse de 7% pour les Fonds structurels par rapport à la précédente période.

Un budget trop élevé pour les uns…

Parlement européen et Comité des Régions appellent d’ores et déjà à relever l’ambition à 1,3% du RNB de l’UE, ce qui permettrait de regonfler les enveloppes des politiques traditionnelles – PAC et Cohésion. Mais au sein du Conseil européen, les Pays-Bas, la Finlande, le Danemark, la Suède et l’Autriche ont déjà attaqué ce qui leur semble un niveau de dépense « inconsidéré ».

« Une Union plus petite [en raison du Brexit, ndlr] a besoin d’un budget plus petit », ont d’abord dégainé les Pays-Bas lors du Conseil des ministres du 14 mai. Laissant peu de doutes sur les politiques qui pourraient en faire les frais : politique de cohésion et politique agricole commune (PAC) qui doivent être réformées « de manière plus ambitieuse ».

« Puisque les budgets de la migration, la sécurité, la recherche sont revus à la hausse, il va falloir diminuer les Fonds structurels et l’agriculture », a embrayé Copenhague. Tandis que la Suède déplorait ouvertement que les redéploiements proposés dans les politiques traditionnelles « n’aillent pas plus loin ».

… Mais trop peu ambitieux pour les autres

Les autres laisseront-ils faire ? A l’heure où la température est plus aux prises de position qu’à la négociation, la Pologne, l’Estonie, le Portugal, la Slovénie, la Grèce, la Lettonie, la Lituanie, la Slovaquie, la Roumanie et Malte ont clairement dit

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Jumeau numérique : comment la maîtrise des données territoriales sert-elle la transition écologique ?

de Egis

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Fonds structurels post 2020 : la bataille a commencé

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

23/05/2018 06h15

On peut se demander à quoi sert l’UE et à quoi servent les fonds structurels.
Et on peut répondre !
Ce budget sert, d’une part à acheter la participation des pays de l’est de l’Europe, pour les écarter de l’influence russe, et de l’autre, ce budget sert à alimenter la propagande européenne en laissant croire, même aux pays donateurs nets, que l’UE est généreuse, et qu’elle distribue sans partage…
Parce que si de très nombreux pays touchent de l’argent de l’UE, d’autres, comme la France et le Royaume Uni, ne reçoivent pas un seul centime de l’UE; même si elle veut nous le faire croire ! Ce qu’elle nous donne, c’est notre argent qu’elle nous prend d’un côté pour nous en rendre une partie, de l’autre… Le surplus, elle le distribue généreusement aux pays de l’est et s’en garde une bonne partie pour ses agapes…
Il paraît que nous serions quand même gagnants ? Parce que l’UE organise un grand marché libre où règne la loi de la jungle… Mais c’est justement là où nous sommes perdants ! La concurrence y est déloyale et nous sommes trop honnêtes…
Les sociétés supranationales s’y font des cou… en or : pour elles, l’UE, c’est le paradis.
Pour les peuples, par contre, c’est la régression assurée, le pillage généralisé, la perte de tout pouvoir politique : ça ressemble bizarrement à une dictature, non, puisque ceux qui nous dirigent n’ont été élus par personne, cumulent tous les pouvoirs, exécutifs et législatifs et contrôlent le CEJ et la BCE…? Et que, quels que soient les présidents que nous élisons en France, ils sont tenus d’appliquer la politique bruxelloise !
Mais peut-être que tout cela va cesser, avec le Brexit qui ouvre la boîte de Pandore et l’Italie qui tente de mettre un pied dehors. Et ces 150 économistes allemands qui demandent de rajouter aux traités une clause de sortie de l’euro, pour l’Italie mais aussi pour l’Allemagne ! Que deviendrait l’UE sans l’euro ?
C’est peut-être la fin de la tragédie qui se joue ces jours-ci ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement