Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Billet

Réforme fiscale : attention au jeu de bonneteau !

Publié le 18/05/2018 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Billets finances, France

AdobeStock_157565978_Serge Aubert
Serge Aubert / Adobe Stock
Retrouvez chaque vendredi, l’édito du Club Finances. Cette semaine, focus sur les négociations sur la réforme fiscale qui débutent par un jeu de qui perd-perd. Le bloc local veut sauver son autonomie et son produit fiscal en dépouillant les départements. Mais le compte ne peut y être pour personne, tant que la question des AIS n’est pas réglée.

La Curée. Au moment où débutent les négociations entre le gouvernement et les associations d’élus sur les modalités de la future réforme de la fiscalité locale, toutes les associations d’élus du bloc communal cherchent à maintenir leur niveau de ressources fiscales à pouvoir de taux et/ou territorialisées, quitte à les prendre à la dernière strate qui en a encore, les départements.

Ces collectivités historiques se feraient ainsi dépouiller de leur taxe foncière, voire de leur cotisation sur la valeur ajoutée (CVAE), préférée au transfert de TVA proposé par le CFL et la mission Richard-Bur. L’Etat n’est pas en reste puisqu’il lorgne sur les droits de mutation à titre onéreux, jugés très inégalitaires et parmi les plus élevés d’Europe, assurent les représentants du bloc local. L’Etat les convoite donc pour mieux les répartir, mais également peut-être les réduire pour améliorer la mobilité de l’emploi, alors que l’ADF a, au contraire, fait la proposition hier au gouvernement de les augmenter de 4,5 à 4,7 %, libérant potentiellement 490 ME de ressources nouvelles. Une proposition à laquelle Edouard Philippe n’a pas opposé de véto de principe.

Départements dépassés ?

De son côté, le bloc local argue que la fiscalité territorialisée des départements ne correspond plus ni à leurs compétences, ni à la nouvelle organisation territoriale centrée sur les bassins de vie plutôt que sur des frontières administratives fixées à la Révolution.

En effet, la perception de la CVAE semble aujourd’hui anachronique quand les départements n’ont plus la compétence économique. De même, difficile d’imaginer un lien logique entre la taxe foncière, les DMTO et le financement d’allocations individuelles de solidarité (AIS) devenues la principale charge départementale. C’est d’autant moins défendable cette année que si le pouvoir de taux pouvait s’entendre jusqu’à présent comme un moyen d’accompagner la hausse des besoins de financement sociaux, ces derniers stagnent désormais, voire reculent pour certains départements.

Reste à charge en suspens

Mais même stables, ils ne sont toujours pas couverts intégralement par l’Etat, contrairement à ses promesses. Pas plus que la suppression intégrale de la taxe d’habitation, à l’origine de ce chamboule-tout fiscal. Si l’Etat payait ce qu’il devait, il lui faudrait trouver les 10 milliards qui permettraient de financer la suppression de la TH à tous les contribuables, auxquels s’ajoutent donc les 4,5 milliards de reste à charge acquittés par les départements au titre du financement des AIS.

Dans ces conditions, savoir à qui attribuer telle ou telle partie de fiscalité locale – qu’elle soit nationale, partagée, territorialisée ou à pouvoir de taux – ressemble à un jeu de bonneteau dont on connait bien le principe : sous trois verres en carton se cache une seule balle que quelqu’un promène pour faire perdre le verre plein des yeux.

Alors que dans le jeu auquel participent les associations d’élus aujourd’hui, il devrait y avoir en fait une balle sous chaque verre.

En conséquence, au lieu d’achever la dévitalisation de l’échelon départemental en faisant main basse sur son produit fiscal, le bloc local gagnerait à exiger un accord convenable, pérenne et soutenable sur le financement des AIS avant d’aller plus loin dans la répartition d’une ressource fiscale qui, en l’état actuel des choses, fera forcément défaut à une strate de collectivités.

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réforme fiscale : attention au jeu de bonneteau !

Votre e-mail ne sera pas publié

Facile

18/05/2018 03h20

Une analyse pertinente… sur le court terme!

L’expérience montre que l’Etat a toujours eu pour habitude de prendre des engagements surtout financiers et avec le temps le taux de compensation s’émousse, laissant la charge de l’autre augmenter jusqu’à devenir insupportable.
Les travaux en cours sur la fiscalité locale peuvent donc aboutir de nouveau à un contrat léonin à terme.

Il me semble que tout le monde oublie que celui qui paye les dépenses publiques c’est le contribuable qui est le même pour l’Etat comme pour les collectivités locales. La question est alors quelle est la somme que ce dernier peut payer au total et bien entendu comment répartir cette somme entre ces différentes personnes.

Tant que les élus ne se seront pas mis d’accord sur ce point, qui inévitablement doit déborder sur les compétences des uns et des autres et donc sur les limites des différents niveaux, il est peu probable que la solution mise en place soit pérenne.

Etant donné la décision du Président de la République de ne pas mettre en place un nouveau prélèvement, on peut sans grand risque affirmer que le changement de paradigme fiscal n’est pas pour demain.
Nous allons continuer par petites touches mais ces acteurs auront-ils le talent de Claude Monet pour faire que leur œuvre soit reconnue par tous et longtemps?

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement