mobilité

Plan vélo : les collectivités ne manquent pas d’outils tout terrain

Par • Club : Club Techni.Cités

Caroline de Francqueville

Indemnité kilométrique vélo, réfection des voiries, soutien à l’achat, création de consigne sécurisée… Les moyens d’action pour promouvoir la bicyclette ne manquent pas et peuvent être mis en place sans attendre un « plan vélo » national dont le budget n’est pas encore inscrit dans le marbre.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le 22 avril dernier, 200 parlementaires de tous horizons politiques et territoriaux signaient une tribune dans le Journal du Dimanche pour appeler le gouvernement à « mener un grand plan vélo dans le cadre de la future loi d’orientation des mobilités. » Parmi les signataires, on retrouve le député du Maine-et-Loire, Matthieu Orphelin (LR) et Christophe Béchu, maire d’Angers, qui avaient déjà lancé un premier appel le 26 février 2018. Sur le vélo, les deux élus n’en sont pas à leur coup d’essai. Le député vient de rendre un rapport sur l’indemnité kilométrique vélo (IKV) et la métropole d’Angers mène une politique favorable aux bicyclettes depuis 2014. Elle esquisse ce qu’il est possible de faire… en attendant la venue d’un futur plan national.

De la Région aux quartiers… tous concernés

« L’élément le plus impactant sur la pratique du vélo, c’est

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
cet article est en relation avec
Commentaires

1  |  réagir

07/05/2018 06h30 - G Lecomte

L’indemnité kilométrique vélo ne serait pas incitative ? Mais n’est-elle pas aussi une juste reconnaissance du service rendu par des agents vertueux ? Ceux-ci ont parfois fait le choix de ce mode de déplacement depuis des décennies sans aucune prise en charge de l’employeur. Et pourtant, lors des plans épidémies, ils sont considérés comme personnes fiables, ne sont pas impactés par les grèves, ne surchargent pas le trafic, ne participent pas à la pollution, économisent les énergies fossiles, consomment localement et sont globalement moins malades. Lorsqu’ils sont contraints de prendre les transports (raisons de santé ou techniques), ils ne bénéficient d’aucune prise en charge financière pour beaucoup. Chambre à air, pneu ou chaîne ne sont pas très onéreux mais restent à leur charge…Alors il me semble juste que cette indemnité devienne obligatoire. Car, à l’inverse, on ne se pose jamais la question de l’utilité de l’indemnité kilométrique pour les véhicules motorisés ni de son impact sociétal !

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP