Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Centre national de la fonction publique territoriale

Cotisation CNFPT : quatre syndicats se lancent à la « reconquête » du 1%

Publié le 03/05/2018 • Par Claire Boulland • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

cnfpt-une
CNFPT
Parce que les effectifs sont en baisse et que la réforme de la fonction publique à venir va nécessiter la formation des agents, quatre organisations syndicales représentées au conseil d’administration du Centre national de la fonction publique territoriale (CGT, FO, FA-FP et Unsa) ont annoncé, mercredi 2 mai, se lancer à la reconquête du taux de cotisation à 1% de la masse salariale des collectivités.

Partir à la reconquête du 1 %. C’est le mot d’ordre que se sont données FO, la CGT, la FA-FP et l’Unsa pour les prochaines semaines. Il y a urgence :  la situation financière du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), déjà préoccupante, pourrait bientôt s’envenimer.

Avec « moins de rentrées financières (-35 millions d’euros chaque année, soit 10% du budget du CNFPT) depuis le passage au taux de cotisation à 0,9% en 2016, il y a actuellement moins d’offres de formation qu’auparavant », explique Christophe Couderc, vice-président (CGT) de l’établissement. Ce dernier ne possède « plus aucun fonds de roulement ;il est aujourd’hui obligé d’emprunter pour garantir son propre fonctionnement ».

Un budget en baisse alors que la formation va devenir incontournable

La masse salariale baissant dans les collectivités, le budget du CNFPT s’apprête à suivre la même courbe, alerte Dominique Régnier, administrateur FO au CNFPT. Or, la formation des agents va être essentielle pour accompagner la réforme de la fonction publique qu’envisage le gouvernement. Certaines collectivités territoriales pourraient alors se tourner vers des organisations privées pour former leurs agents.

FO, CGT, FA-FP et Unsa lisent aussi avec méfiance la partie « formation professionnelle » du projet de loi « liberté de choisir son avenir professionnel ». « Le gouvernement compte remplacer le droit à des heures de formation par sa ‘monétisation’ : la capacité à se former serait déterminée par la capacité à payer le coût de la formation », résume Dominique Régnier. Pour l’heure, ces mesures ne concernent que le secteur privé, « mais on a pris pour habitude que ce qui s’y applique ne tarde pas à toucher la fonction publique », remarque Christophe Couderc. En cela, « la solidarité et l’égalité d’accès des agents à la formation professionnelle sont menacées », selon Caroline Charruyer (FA-FP).

Ces prochains jours, les quatre syndicats entendent sensibiliser les agents et les inciter à signer la pétition en ligne depuis l’an dernier, interpeller les groupes parlementaires ainsi que le secrétaire d’État en charge de la Fonction publique sur le besoin d’un retour, « a minima », au taux de cotisation à 1%.

Chantal Gosselin fait savoir à la Gazette des communes que la CFDT ne s’est pas ralliée aux autres organisations syndicales car elle « ne souhaite pas un retour au 1% comme il existait auparavant, mais plutôt que soit adossé à ce taux de cotisation un fonds paritaire de type ‘Fongecif'[pour « Fonds de gestion des congés individuels de formation, ndlr] : cela faciliterait les véritables reconversions professionnelles ».

Évaluation de la formation en distanciel

Le CNFPT s’est engagé en début d’année sur la formation en distanciel. Les syndicats y voient plus de points négatifs que de points positifs. Pour Christophe Couderc, cela « remet en cause la mixité des stagiaires » et  « il n’y a pas de garanties que la formation se fera sur le temps de travail ». Par ailleurs, les agents se situant en « zone blanche » risquent de rencontrer des difficultés pour se former dans de bonnes conditions. Les syndicats ont donc demandé une évaluation continue de la numérisation de l’offre de la formation du CNFPT. Un premier bilan devrait être présenté en septembre 2018, indique Hélène Broc, présidente du conseil national d’orientation du CNFPT.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Cotisation CNFPT : quatre syndicats se lancent à la « reconquête » du 1%

Votre e-mail ne sera pas publié

Diane duzerosix

08/05/2018 09h08

Cette année refusée par le directeur du cnfpt du var aux test de sélection de rp2c car suivi l’année dernière la session rédacteur sauf que cette année examen en sept 2018.
Donc j’ai eu recours à une formation que je finance personnellement a l école efm fonction publique par correspondance. A 54 ans pour essayer d’être rédacteur avant ma retraite. Note de synthèse avec proposition et droit administratif voire financé publique.
Aucun retour par rapport à mes formations.
Cordialement.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement