Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

éducation

Rythmes scolaires : quatre jours d’école mais des activités du mercredi enrichies

Publié le 09/05/2018 • Par Michèle Foin • dans : Innovations et Territoires, Régions

Pixabay
Certaines communes qui reviennent à quatre jours d'école souhaitent enrichir l'offre de loisirs du mercredi en capitalisant sur les partenariats noués lors de la réforme "Peillon". Si les activités du mercredi ne sont pas obligatoires, des communes tentent de les rendre accessibles à tous les enfants, en particulier à ceux des quartiers populaires. Les communes s'inscrivent dans une logique de parcours, avec des ateliers thématiques que les enfants peuvent suivre sur plusieurs semaines.

Depuis le décret « Blanquer » du 27 juin 2017, qui permet aux collectivités de revenir à la semaine de quatre jours d’école, en accord avec les conseils d’école, les communes se sont engouffrées dans la brèche. Près de 80 % d’entre elles auraient choisi de revenir aux quatre jours, d’après l’Association des maires de France (AMF).

Pour Agnès Le Brun, présidente de la commission « éducation » à l’AMF et maire de Morlaix (14 800 hab., Finistère), il s’agit d’une réaction épidermique des acteurs éducatifs face à la « coercition ». « La contrainte a tout gâché en reniant la diversité et les spécificités territoriales », explique-t-elle. Un avis partagé par Guy Corazzol, adjoint au maire chargé de l’éducation à Lyon (513 300 hab.) : « La réforme « Peillon » a été dogmatique. Cette volonté d’une application uniforme a provoqué un rejet de la part des acteurs locaux. »

Pas de remise en cause du PEDT

Certes, mais cette contrainte a aussi eu l’avantage de faire réfléchir toutes les communes à l’offre périscolaire. De ce point de vue, il y a un « avant » et un « après » réforme. « La majorité des communes n’est pas revenue à quatre jours secs » confirme Agnès Le Brun.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rythmes scolaires : quatre jours d’école mais des activités du mercredi enrichies

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement