Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Etat - Collectivités

Territoires : le gouvernement en opération reconquête

Publié le 30/04/2018 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

edouard-philippe-cahors-une
Twitter - Premier ministre
Le Premier ministre délocalise Matignon du 2 au 4 mai 2018 dans le Cher. Une manière pour le pouvoir de renouer avec des élus locaux parfois très remontés ces dernières semaines. Retour sur les dossiers qui fâchent.

Après une première expérience dans le Lot à l’occasion de la Conférence nationale des territoires de décembre dernier, le Premier ministre transfère à nouveau son cabinet en région, du 2 au 4 mai 2018. Edouard Philippe, cette fois, jette son dévolu sur le Cher.

Un département dont le président Michel Autissier (LR) conteste la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires. L’édile a cosigné fin février une lettre à Emmanuel Macron dénonçant une double-peine pour des territoires « que l’Etat a oubliés dans ses grands projets d’infrastructures routières et ferroviaires ».

Depuis, des sénateurs de toute obédience politique ont présenté, le 19 avril 2018, un rapport tendant à réserver la limitation à 80 km/h aux routes les plus accidentogènes. Une proposition à laquelle Matignon oppose une fin de non-recevoir. Le cabinet du Premier ministre – Eric Jalon, le chef de pôle « Affaires intérieures » en tête – est en effet directement à l’origine de la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires.

Vrai-faux maintien des dotations

Si le pouvoir souhaite, lors de sa délocalisation dans le Cher, mettre de l’huile dans les rouages avec les élus locaux, il ne veut pas pour autant lâcher du lest sur le plan financier.

« Pour la première fois, toutes les petites communes ont eu leurs dotations maintenues. Il ne faut pas raconter non plus des carabistouilles à nos concitoyens », avait vanté Emmanuel Macron, lors de son interview sur TF1 le 12 avril, destinée – déjà –  à désamorcer la grogne de la France à l’écart des métropoles. Une sortie qui n’avait pas été du goût du numéro deux de l’Association des maires de France, le socialiste André Laignel.

Si le volume de la Dotation globale de fonctionnement, explique l’AMF, se révèle en augmentation de 65 millions d’euros par rapport à 2017, 16 000 communes voient leur DGF diminuer cette année.

Offensive pour les centre-villes

Face à la grogne persistante des territoires, le Gouvernement  met en avant son plan « Action Cœur de villes ». Concocté par le ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard, ce dispositif cible 222 communes. Les deux piliers de ce plan abondé à hauteur de 5 milliards d’euros ? Le commerce et l’habitat.

Mais pour les sénateurs, toujours eux, le compte n’y est pas. « Nous avons identifié 700 villes ayant des problèmes et nous y ajoutons les centres-bourgs », lancent-ils dans leur pacte national sur la revitalisation des centres-villes et centres-bourgs, présenté le 19 avril.

Auteurs d’une proposition de loi en ce sens, Martial Bourquin (PS) et Rémy Pointereau (LR) militent pour des taxes sur les superficies de parking et les livraisons au long cours. Le pacte entend aussi, dans le même sens, limiter les autorisations d’ouverture de supermarché.

Le droit à la différenciation en question

Les fronts, pour le gouvernement, ne manquent pas. Même le droit à la différence des territoires, que le pouvoir souhaite voir davantage reconnu dans la loi fondamentale, ne suscite pas un enthousiasme excessif.

Si l’Association des maires de France ne ferme pas la porte à cette mesure, elle ne veut cependant pas la voir généralisée. « L’évolution constitutionnelle du droit à l’expérimentation ne doit pas remettre en cause le principe de non tutelle entre collectivités », juge-t-elle dans une prise de position rendue publique le 25 avril.

Vers une cour d’équité territoriale ?

Mais il est un interlocuteur pour qui l’essentiel est ailleurs, c’est Jean-Louis Borloo. Etat et collectivités doivent enfin assumer leurs responsabilités, estime l’ancien ministre. Dans son plan pour la politique de la ville, avancé le 26 avril, il suggère l’idée d’une cour d’équité territoriale. Cette instance, composée de magistrats de la Cour des Comptes, traquerait les discriminations territoriales. Elle pourrait condamner tout gestionnaire public local et national ayant manqué à son obligation de lutter contre les inégalités d’accès d’avant le service public.

Une instance sur laquelle le Gouvernement devrait se prononcer durant les prochaines semaines.

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Territoires : le gouvernement en opération reconquête

Votre e-mail ne sera pas publié

martin yannick

01/05/2018 08h02

il très attendu sur beaucoup de sujets…des dossiers sensible , transport, santé, restons dans le domaine de la Territorial, beaucoup de Maires notamment ceux du Cher , puis qu il viens dans ce Département auront a cœur de lui demandé comment ces communes pourront fonctionné , avec la suppression de la taxe Habitation….il faudra Licenciés du personnel? comme la fait le Conseil Général du CHER voir la Mairie de BOURGES qui ne remplace pas ces Fonctionnaires qui parte a la retraite .

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement