Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Feuille de paie

Prélèvement à la source : les collectivités au pied du mur

Publié le 04/05/2018 • Par Aurélia Descamps • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Déclaration d'impôts sur le revenu en ligne
Fotolia
A partir de janvier prochain, les collectivités locales participeront au « prélèvement à la source » de l’impôt sur les revenus. Leur niveau d’information et de préparation à la réforme est pour l’instant très variable.

Le lancement de la campagne 2018 de déclaration de l’impôt sur les revenus marque le retour du prélèvement à la source à l’agenda politique. Initiée sous la présidence de François Hollande pour une entrée en vigueur en 2018, cette réforme du recouvrement de l’impôt a été reportée d’un an par le gouvernement actuel. A partir du 1er janvier 2019, les collectivités et les centres de gestion devront appliquer une retenue, pour le compte de l’Etat, sur les revenus qu’ils versent aux agents, aux élus et aux chômeurs. Ils échangeront avec le fisc par le biais d’une déclaration mensuelle ad hoc, baptisée « Pasrau » (prélèvement à la source pour les revenus autres), inspirée de la logique de la déclaration sociale nominative du secteur privé.

Relatif à la fois à la fiscalité et aux rémunérations, le sujet est, par nature, sensible. Les employeurs les plus sereins aujourd’hui ont profité du report de la mesure pour se familiariser progressivement avec le nouveau système.

Expérimentation de la déclaration « Pasrau »

Le centre interdépartemental de gestion (CIG) de la petite couronne de la région d’Ile-de-France (376 collectivités affiliées, 275 agents) fait partie des 550 employeurs territoriaux à avoir déjà expérimenté la déclaration « Pasrau ». « C’est une évolution naturelle de la fonction paie et il nous paraissait important d’essuyer les plâtres. Nous avons la chance d’être accompagnés par un éditeur de logiciel aux reins solides », témoigne Anne Wahl, directrice des ressources humaines (DRH) du CIG. Le département du Pas-de-Calais (7 200 agents) se tient quant à lui prêt pour la phase de préfiguration. Celle qui permettra aux collecteurs volontaires de

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Prélèvement à la source : les collectivités au pied du mur

Votre e-mail ne sera pas publié

Facile

11/05/2018 04h57

Je trouve que cette question: notre employeur va connaître le taux de prélèvement de l’impôt individuel, est à mettre en relation avec ce que notre banque connait de chacun de nous…
Au solde, notre banque nous connait beaucoup que notre employeur à terme.

Enfin, si notre employeur nous dote d’un téléphone portable pour assurer nos fonctions, il connait déjà une partie de nous-même; sans oublier l’accès internet sur notre ordinateur de bureau.

En un mot, dans ce monde ultra connecté, on doit avoir peur de l’utilisation qui peut être faite de toutes ces données pour au temps, il sera très difficile de revenir en arrière.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement