Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Précarité

Eau et énergie : l’usine à gaz des aides sociales

Publié le 02/05/2018 • Par Sylvie Luneau • dans : A la une, Actu expert santé social, France

facture d'eau
Adobestock
Couper l’eau en cas d’impayés ou, même, réduire le débit est interdit. Afin d’aider les familles en difficulté à payer leurs factures, plusieurs dispositifs existent concernant l’eau, mais aussi l’énergie. Pour quelle efficacité réelle sur la précarité ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Longtemps, la pratique des coupures d’eau a été largement utilisée pour régler le problème des impayés. Le Conseil général de l’environnement et du développement durable en dénombrait 100 000 en 2011. Difficile d’obtenir des chiffres officiels récents, mais de l’avis même de France Libertés, qui a gagné 21 procès pour coupures d’eau illégales (1), la source semble se tarir : « La position officielle de Veolia et de la Saur a changé », estime Emmanuel Poilane, son président. Pourtant, les dernières condamnations ne remontent qu’à février.

Désormais, en cas de non-paiement, la fourniture d’eau doit être maintenue et le foyer en difficulté financière doit obtenir une aide par le FSL, géré par le département. Initialement prévu pour le logement et l’énergie, il a été étendu à l’eau. Mais il présente plusieurs lacunes. Selon la FP2E, seulement 25 000 abonnés en bénéficient, sur 40 000 foyers potentiels. Les annulations de factures d’eau à la demande du FSL sont en chute libre (- 25 %). Les personnes en difficulté pour payer leur facture d’eau ne se font donc pas forcément connaître. Pour améliorer ce point, la loi « Brottes » de 2013 a proposé d’expérimenter des mesures préventives de tarification sociale de l’eau.

Vers un droit pour tous

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Eau et énergie : l’usine à gaz des aides sociales

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement