logo
DOSSIER : Etat des routes : pourquoi il faut agir
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/561461/la-route-du-futur-devra-etre-ecologique-a-energie-positive-et-numerique/

INFRASTRUCTURES
« La route du futur devra être écologique, à énergie positive et numérique »
Isabelle Verbaere | France | Publié le 27/04/2018

Chef de projet à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Ifsttar), Nicolas Hautière estime que la route de cinquième génération devra être à la croisée d’enjeux innovants, écologiques et financiers.

Routes

La baisse des budgets des routes vous inquiète-t-elle ?

Oui. Et c’est d’ailleurs pour cela que l’on travaille sur la route de cinquième génération. Compte tenu des enjeux financiers, concevoir une route capable de s’auto financer et lui appliquer un modèle économique différent permettant l’équilibre, même si le coût initial d’investissement est plus élevé, paraît sensé. Elle pourrait s’auto financer car elle produirait de l’énergie et des données.

Aujourd’hui, l’essentiel du financement des routes repose sur les usagers, à travers la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Demain, avec la montée en puissance des véhicules électriques, le rendement de cette taxe pourrait baisser. Donc, si la route est indépendante en termes d’énergie et capable de proposer des services de recharge aux véhicules électriques, on pourrait remplacer la TICPE par un nouveau service. C’est l’une des possibilités.

Trouver un matériau de substitution au bitume est également un enjeu important…

C’est exact. En France, 70 000 kilomètres de routes sont rénovés chaque année. L’Ifsttar s’intéresse aux micro-algues, identifiées comme une biomasse d’avenir pour produire

POUR ALLER PLUS LOIN