Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé

Eau

Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé

Publié le 20/04/2018 • Par Sylvie Luneau • dans : France

pluie
Fotolia / auteur : chalabala
Depuis un an, un rapport volumineux sur les eaux pluviales attend sur le bureau du ministère en charge de l’écologie. Tenu secret, il vient d’être mis en ligne par le journaliste Marc Laimé, après un recours à la CADA. Pourquoi ce rapport a-t-il été maintenu confidentiel si longtemps ? Quels en sont les enjeux ? Éléments de réponse.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le 19 avril dernier, Marc Laimé, journaliste et consultant a mis en ligne sur son blog un « rapport-choc » sur la gestion des eaux pluviales. De façon surprenante, il a dû saisir la commission d’accès aux documents administratifs pour l’obtenir. Et pour cause : son contenu est potentiellement explosif.

Ce rapport résulte pourtant de façon très classique d’une mission d’expertise confié au Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) en 2015, par le ministère en charge de l’écologie. Coordonnée par le président de la section mobilités et transports, Pierre-Alain Roche, elle visait à formuler des propositions pour aller vers une politique de gestion intégrée des eaux pluviales.

C’est en effet un enjeu majeur pour la biodiversité, pour l’adaptation des villes au changement climatique, pour la protection de la qualité des ressources en eau et la maîtrise des risques d’inondation. En outre, cette politique se situe à la croisée des compétences de l’Etat (police de l’eau) et des collectivités (aménagement, urbanisme, Gemapi). Ce rapport avait toute une utilité toute trouvée pour éclairer le débat.

Un rapport resté dans les tiroirs…

Alors pourquoi ce rapport rendu en avril 2017 n’a jamais été publié officiellement ? La gestion des eaux pluviales a pourtant été largement débattue au Parlement, fin 2017, dans le cadre de l’assouplissement de la Gemapi. De nombreux élus s’opposent en effet à ce que la gestion des eaux pluviales soit incluse dans la compétence assainissement.

La question est d’ailleurs revenue sur le tapis le 17 avril lors du passage au Sénat de la proposition de loi sur le transfert des compétences eau et assainissement.

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur y a justement annoncé la prochaine transmission au Parlement d’un rapport sur les eaux pluviales. Dans quelle mesure ce rapport va-t-il reprendre les préconisations de celui du CGEDD ?

… Qui propose une refonte intégrale du système

Le rapport « Roche » s’attaque au vaste chantier de l’articulation entre les eaux pluviales, l’assainissement, la Gemapi, l’urbanisme… Ambitieux et conscient des problèmes, il propose un « plan d’action partenarial 2017-2026 pour la réduction de la pollution par temps de pluie et des dommages du ruissellement et pour la valorisation de la présence de l’eau en ville », nommé « décennie des eaux pluviales ».

Ce travail propose notamment de « mieux articuler les politiques concernant les eaux pluviales et le ruissellement et d’en améliorer le financement ». Il décrit les difficultés de ce financement et demande de trouver un « périmètre clair » pour le « stabilisé ». En quelques mots : il ne met rien de moins qu’une refonte complète du système sur la table.

Vers une action en justice ?

Un sujet d’autant plus explosif que la gestion des eaux pluviales représente un enjeu financier important : environ 2 milliards d’euros par an. « Or, son financement est illégal, car il ne repose sur aucune habilitation législative. Il s’appuie uniquement sur une circulaire interministérielle de 1978, qui fait peser, à tort, ce financement sur l’usager de l’assainissement » dénonce Marc Laimé.

Le rapport propose d’abonder le budget d’assainissement, élargi aux eaux pluviales, par des « redevances perçues sur les constructions », une nouvelle taxe auprès des aménageurs qui imperméabilisent les sols. « Ce serait l’application du principe pollueur-payeur à l’urbanisme » résume le journaliste.

Si ce rapport n’est pas pris en compte au niveau législatif,  il pourrait avoir des suites juridiques. « Un collectif d’usagers pourrait très bien saisir un tribunal administratif pour dénoncer l’illégalité des prélèvements opérés pour le pluvial » estime ainsi ce dernier.

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Eaux pluviales : le rapport explosif longtemps laissé dans les tiroirs finalement révélé

Votre e-mail ne sera pas publié

Urbarural

25/04/2018 10h02

Normalement, je suis un urbaniste, mais là, j’ai envie de réagir en simple humain, qui sait que la pluie vient des océans et tombe du ciel, et retournera à la mer, par n’importe quel moyen à sa disposition.
Si le problème réside dans « quels canaux où elle opère ce transfert », alors là, quand je vois les centaines de milliers d’euros investis en dispositifs de rétention, en étude d’imperméabilisation, en emm…dements pour les aménageurs, … je rigole… (jaune, car je paye mes impôts, et j’en suis fier, à condition que ce soit à bon escient).
Parce que, p… (là je m’énerve…), si je me base sur le principe de proportionnalité, entre quelques hectares urbanisés, et les millions d’hectares de l’industrie agricole, où est le problème, hein ?
On marche sur la tête, c’est certain…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement