Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Billet

Avis aux députés En marche : pour défendre le budget 2018, argu-mentez !

Publié le 20/04/2018 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Billets finances, France

culturemasque-img-dossier
Flickr CC by Tim Green aka atoach
Chaque vendredi, retrouvez l’édito du Club Finances. Cette semaine, petite analyse de texte sur les éléments de langage diffusés auprès des députés En marche pour défendre certaines mesures financières du premier budget macronien. Certains arguments ont mal vieilli, d’autres vacillent…

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La vérité est toujours relative, c’est bien connu, y compris chez Jupiter, dont on peut s’apercevoir que sa foudre ne frappe pas toujours droit. En février dernier, un mois donc à peine après le vote de la loi de finances 2018 et au moment où s’ouvrait le débat sur la réforme de la fiscalité locale, le groupe parlementaire LaREM avait reçu une note, baptisée « éléments de précision, préparation des budgets locaux ».

Des constantes sur la DGF et la TH

Cette missive regroupait les principales mesures phares du premier budget macronien concernant les collectivités, mais également les fameux « éléments de langage » destinés à rendre, notamment aux médias, un discours construit, homogène et orienté. On y retrouve quelques constantes, encore largement utilisées aujourd’hui, en premier lieu par le Président lors de ses deux dernières interventions : la défense du pouvoir d’achat pour justifier la disparition progressive de la taxe d’habitation et la non-diminution des dotations de l’Etat, dont on a déjà montré les interprétations possibles.

Pour prévenir les critiques éventuelles, la note rappelait qu’en 2010, François Baroin, actuel président de l’AMF et alors ministre du Budget, avait décidé « le gel des dotations de l’Etat ». En suivant, une perfide parenthèse indiquait : « en euros constant avec une inflation de 2,1 % », c’est-à-dire que ce gel était en fait une baisse en termes réels. Toute comparaison avec une certaine hausse de 1,2 % des dépenses de fonctionnement des collectivités, inflation comprise, telle qu’elle est définie dans la loi de programmation des finances publiques 2018-2022 serait fortuite

DCRTP, le vain combat

Certaines argumentations ont en revanche mal vieilli. C’est le cas par exemple de la justification de l’intégration de la dotation de compensation de la réforme de la taxe professionnelle (DCFTP) du bloc communal dans les variables d’ajustement. Chahutée lors des débats parlementaires, cette mesure a finalement été votée en loi de finances, alors que le gouvernement reconnaissait, à l’oreille des élus locaux, son iniquité et leur promettait l’annulation de son application.

Mais en février, il était prié aux députés de la défendre bec et ongles en suivant un argumentaire publié dans un encadré de pas moins d’une demi-page (sur 4 et demie).

Le 26 mars dernier, une directive signée a pourtant bien annulé l’application de la mesure aux EPCI, réduisant du même coup à néant tous les efforts sémantiques accomplis jusqu’alors pour la défendre.

Une réforme des valeurs locatives fragile

Dure fonction que parlementaire de la majorité. Surtout si le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, émet des doutes sur la poursuite de la réforme des valeurs locatives pour les habitations comme ce fut le cas le 7 mars dernier au Sénat, alors que l’obsolescence de ces valeurs est le premier argument qui, dans la note, justifie la réforme de la taxe d’habitation.

Le document indique d’ailleurs la poursuite de la réforme comme une des trois principales propositions de la mission Richard/Bur, chargée d’élaborer des pistes pour réformer la fiscalité locale. Il ne manquerait plus que la promesse de ne pas créer un impôt nouveau, comme la note l’indique clairement et comme Emmanuel Macron l’a martelé récemment, subisse elle aussi un subi coup de vieux…

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Avis aux députés En marche : pour défendre le budget 2018, argu-mentez !

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

20/04/2018 02h58

« Il ne manquerait plus que la promesse de ne pas créer un impôt nouveau, comme la note l’indique clairement et comme Emmanuel Macron l’a martelé récemment, subisse elle aussi un subi coup de vieux », parce que vous vous attendez à quoi ?
Sauf pour les collectivités à imprimer leurs propres monnaies, toutes ces dépenses plus ou moins insidieusement imposées par l’Etat (ouverture élargie des bibliothèques, gratuite de la cantine scolaire, petites lignes de chemin de fer à reprendre en main par les territoires, maison de santé, etc…) devront bien être financées et si ce n’est pas par un impôt ou une taxe ça le sera par le prix à payer par les utilisateurs.

Facile

20/04/2018 04h15

Si vous lisez les articles des journaux sur internet et surtout les commentaires, vous constaterez que le plus souvent l’expression de « ras le bol fiscal » fait florès.
On peut penser que le Président de la République l’a assimilé en affirmant encore tout récemment qu’il n’y aura pas de création d’un nouvel impôt.

Bien entendu, je comprends la position des élus des territoires qui souhaitent répondre aux attentes de leurs concitoyens; ainsi qu’aux exigences de l’Etat sur les nouvelles missions qui leurs sont confiées.
Mais il existe une expression qui dit « que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel ».
En un mot, ceux qui ont assujettis aux différents impôts et taxes sont submergés et en ont assez.

Il existe très certainement une solution durable à ce problème et comme toujours, le bon sens paysan des français prendra le dessus pour la trouver… mais quand il n’y aura pas d’autre alternative!

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement