Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Les personnels du CGET demandent des « orientations claires » au président de la République

Aménagement du territoire

Les personnels du CGET demandent des « orientations claires » au président de la République

Publié le 20/04/2018 • Par Julie Clair-Robelet • dans : France

Serge Morvan aout 2015 1
Préfecture des Yvelines
Alors que le Commissariat général à l'égalité des territoires doit accueillir le 23 avril son 5e commissaire en quatre ans, ses personnels ont décidé d'interpeller le président de la République pour lui faire part de leur désarroi. Ils demandent des "orientations claires".

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le limogeage de Jean-Benoît Albertini le 4 avril dernier a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Les agents du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) réunis le 6 avril 2018 ont décidé d’interpeller le président de la République dans un courrier pour dénoncer cette décision et essayer d’en savoir un peu plus sur leur avenir. Ils estiment que « ce changement déstabilise les personnels, encore une fois mis en difficulté, et fragilise à nouveau leur administration ».

Cette « lettre ouverte » soutenue par « un collectif réunissant plus d’une cinquantaine » de personnels, sur les 300 que compte le CGET, vise à rappeler à Emmanuel Macron que Jean-Benoît Albertini a été « remercié au moment où le CGET entrait enfin dans une phase de construction d’un projet ambitieux qu’il avait engagé en y associant les personnels ». Le commissaire général défendait en effet l’idée d’un « CGET fort » et avait avancé devant les sénateurs, en février dernier, que l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) lui serait « rattachée ».

ANCT opérationnelle « avant l’été »

Son remplaçant, l’ancien directeur général des collectivités locales, Serge Morvan, prend ses fonctions lundi 23 avril avec pour mission principale la préfiguration de l’ANCT. Les personnels du CGET se demandent cependant si tout n’est pas déjà préfiguré, car Serge Morvan n’aura que trois semaines pour rendre son rapport.

Il doit en effet pour le 15 mai avoir déterminé les attentes des collectivités territoriale, détaillé le champ d’intervention de l’agence, son rôle et sa gouvernance. Et l’Agence nationale de la cohésion des territoires  devra être opérationnelle « au plus tard à l’été ».

Sans s’opposer à ce scénario ni rejeter les éventuelles évolutions de leurs missions, les signataires de la lettre demandent au président de la République de « permettre au CGET de jouer pleinement son rôle et de lui donner les conditions et les moyens d’effectuer les missions qui lui sont confiées, dans l’esprit constructif et participatif qui a prévalu ces derniers mois ».

« Soyez assurés de la volonté du président de la République d’agir pour la cohésion des territoires et de veiller à ce que des décisions rapides soient prises sur la mise en œuvre de l’ANCT. Il sera très attentif à vos propositions dans ce cadre », leur a répondu la conseillère Cohésion des territoires d’Emmanuel Macron, Anne-Claire Mialot, sans toutefois qu’une date de rendez-vous soit fixée comme le souhaitait le collectif.

« Défiance des élus »

Les personnels du CGET attendent donc d’Emmanuel Macron des « orientations et des stratégies clairement définies », d’autant plus qu’au changement de commissaire général et aux incertitudes concernant l’ANCT s’ajoute le flou du « plan de bataille pour les banlieues » qui doit être présenté dans les prochains jours par Jean-Louis Borloo. Là encore, le CGET navigue à vue et n’a aucune idée de ce que va préconiser l’ancien ministre de la Ville, ni de ce qui sera retenu au final.

« Nous mesurons au quotidien la défiance et l’inquiétude qui montent chez les élus, auprès des acteurs de terrain, sur la capacité de l’État à les entendre et à apporter des réponses », écrit le collectif du CGET. Il doit convaincre « chaque jour » professionnels et maires de banlieue, qui multiplient les coups de gueule contre l’insuffisance de l’État dans les quartiers prioritaires, « que le gouvernement a bien au cœur de ses priorités la lutte contre la fracture sociale et territoriale ».

Les personnels du CGET sont ainsi « conscients que, malgré la mobilisation forte de l’État, les citoyens les plus fragiles, les plus éloignés de l’éducation, de l’emploi, du numérique, de la culture, les habitants des territoires en déprise attendent mieux et ont besoin d’accompagnement ».

Ils se disent prêts à contribuer à cet accompagnement dans une « ère nouvelle ». Mais pour cela, ils aimeraient simplement retrouver un cap clair et une « stabilité » afin de « relever le défi de la cohésion des territoires dans le cadre d’une vision et d’une organisation cohérente ».

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les personnels du CGET demandent des « orientations claires » au président de la République

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement