Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Etat civil

Comment permettre la création de prénom des demandeurs nés à l’étranger ?

Publié le 19/04/2018 • Par Gabriel Zignani • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de la Justice : Conformément à l’article 57 du code civil, l’acte de naissance de toute personne dressé en France doit mentionner son prénom, indispensable de l’identité. L’hypothèse d’une absence de prénom ne peut donc en principe concerner qu’une personne étrangère, dont l’acte de naissance n’a pas été dressé en France.

Dans une telle situation, la nouvelle procédure prévue à l’article 60 du code civil, qui n’a pour objet que la modification, et non la création, d’un prénom, n’a pas vocation à s’appliquer. Toutefois, les personnes concernées ne sont pas dépourvues de moyens d’action. En cas de naturalisation, lorsqu’il apparait qu’en raison de sa loi personnelle, une personne n’a pas de prénom, elle peut en solliciter l’attribution par l’administration (article 3 de la loi n° 72-964 du 25 octobre 1972 modifiée).

Par ailleurs, hors le cas de la naturalisation, l’absence de prénom peut traditionnellement être traitée, selon la jurisprudence, par une rectification judiciaire de l’acte de naissance pour acte incomplet, sur le fondement de l’article 99 alinéa 1 du code civil. La demande est formée devant le président du tribunal de grande instance et est instruite et jugée comme en matière gracieuse.

Cet article est en relation avec le dossier

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comment permettre la création de prénom des demandeurs nés à l’étranger ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement