Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

« Commun », « communs » : quelle définition ?

Publié le 26/11/2019 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
Bien appréhender la notion nécessite de distinguer le(s) commun(s), du bien commun ou public, du bien public global ou du bien commun de l’humanité.

Chacun des mots « commun » et « communs », « portés par des acteurs chaque fois spécifiques » et recouvrant des « réalités différentes », relève de « dynamiques sociales distinctes », prévient Benjamin Coriat. S’il est tentant d’évoquer Rome et ses res communes – ce qui appartient à tous –, la réalité contemporaine, matérielle et intellectuelle, du commun se comprend sous la triple existence d’une ressource (naturelle, matérielle ou immatérielle) mise en commun et partagée, de règles pour son accès et son partage, d’un mode pour sa gouvernance.

Elinor Ostrom met en évidence un « faisceau de droits » pour le caractériser et le lie à l’action collective et à la communauté. Une pensée politique se construit autour d’un commun qui est « à la fois une forme de résistance et une solution alternative à la représentation et à la pratique des droits de propriété », explique Benjamin Coriat.

Daniela Festa en souligne « la fonction sociale […] et le lien d’affectation […] à la réalisation des droits fondamentaux », y voyant une possibilité « de sortir de l’alternative binaire entre privé et public ».

Diego Miralles Buil insiste sur un « acte d’autogouvernement basé sur la coparticipation de tous ses membres ». Le commun suppose une mise à l’écart du marché, en parallèle d’une ouverture à des formes de participation.

Aux antipodes d’une pure gestion bureaucratique et publique des ressources, le commun, « c’est un faire ensemble » pour Antonio Negri, sous contrôle démocratique. Si le commun ouvre à une alternative sociale, ne devient-il pas intéressant à l’heure de la réflexion sur le devenir de la protection sociale ? Ne pourrait-il pas offrir le moyen d’atteindre un contenu inclusif en ouvrant un droit aux individus et communautés de la définir, la modifier et l’enrichir, d’y accéder et d’en user, d’en tirer parti et bénéfice ?

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Commun », « communs » : quelle définition ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement