Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Défense

Les sénateurs s’inquiètent du coût du service national universel pour les collectivités

Publié le 18/04/2018 • Par Julie Clair-Robelet • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

service-civique2
Unis-Cité / Creative commons 3.0
Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, le service national universel est "une idée généreuse, mais ses conditions de mise en œuvre posent de réelles difficultés", estiment les sénateurs de la commission de la Défense. Ils craignent notamment l'impact financier de ce dispositif sur les collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s’était prononcé pour « un service national de durée courte, obligatoire et universel, encadré par les armées et la gendarmerie nationale » et à destination des « jeunes femmes et hommes aptes de toute classe d’âge entre 18 et 21 ans ».

Le projet a, depuis, évolué, mais reste flou. Pour définir les conditions de sa mise en œuvre, Emmanuel Macron a annoncé en janvier dernier la mise en place d’un groupe de travail dirigé par le général Daniel Ménaouine, qui doit rendre ses conclusions dans les prochains jours.

Pour les sénateurs de la commission de la Défense, la méthode ne passe pas. Lors d’une communication mercredi 18 avril 2018, le président Christian Cambon regrette ainsi « la procédure mise en œuvre pour préparer cette réforme d’importance nationale, qui concernera près de 800 000 jeunes chaque année », car le Parlement n’a pas été consulté. Les sénateurs Jean-Marie Bockel (Haut-Rhin, UC) et Jean-Marc Todeschini (Moselle, PS) pointent pour leur part une mise en place « très chaotique, une cacophonie et des confusions dans la méthode ».

Un « fardeau » pour les collectivités

Article réservé aux abonnés Gazette & Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Comment mettre la donnée au service des politiques publiques ?

de La Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les sénateurs s’inquiètent du coût du service national universel pour les collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

19/04/2018 07h51

Moi je m’inquiète du coût du sénat, un fardeau excessif pour la France. Il faut l’alléger des multiples dérapages scandaleux qui le caractérisent: sénateurs trop nombreux, couteux, inutiles et rétrogrades, aux revenus opaques et trop élevés avec doubles rémunérations diverses (retraites parallèles, emplois familiaux, revenus autres, absentéisme, cumuls, avantages en nature -logements, train, emprunts, retraites, coiffeur, restaurant, frais indus et sans réel contrôle, etc). On vient de nous sortir cette triste affaire de frais en cas de décès. Jusqu’où ira le scandale?
Tout ceci relève d’un autre âge, et on voit bien là comme ils sont déconnectés de la réalité.
Ils n’ont aucune honte ces gens là.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement