logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/560449/deux-conservateurs-territoriaux-vont-faire-circuler-les-oeuvres-des-musees-nationaux/

CULTURE
Deux conservateurs territoriaux vont faire circuler les œuvres des musées nationaux
Hélène Girard | Actualité Culture | France | Publié le 18/04/2018

Olivia Voisin, directrice des musées d’Orléans, et Sylvain Amic, directeur de la Réunion des musées métropolitains Rouen Normandie, vont assurer conjointement le commissariat général de la future exposition itinérante voulue par Françoise Nyssen.

600X400 Amic Nyssen Voisin cr Ministre de la Culture Didier Plowy

Faire circuler les chefs-d’œuvre des collections nationales dans toute la France : c’est une des mesures-phares du plan « La culture près de chez vous » [1], présenté par la ministre de la Culture le 29 mars 2018. Objectif : apporter les œuvres « dans les lieux du quotidien » au plus près des publics qui habitent loin des musées et des lieux d’exposition.

« Lien étroit avec les territoires »

Encore faut- il savoir quelles œuvres seront concernées, quel sera le propos de l’exposition, quels seront les lieux d’accueil, comment concevoir l’exposition, et quelle sera l’organisation de sa circulation. Répondre à ces questions sera  le travail que Françoise Nyssen a donc confié à deux professionnels nommés le 17 avril commissaires de l’exposition itinérante :

La feuille de route fixée par le ministère aux deux professionnels sera de concevoir un « projet d’exposition des chefs-d’œuvres reconnus et destinés à être présentés dans les territoires, dans des lieux tant muséaux que non muséaux. Ce travail s’articulera autour d’un projet éditorial, culturel et scientifique, mené en lien étroit avec les territoires ». Ils devront œuvrer « en concertation avec les responsables des collections nationales.»

Une première mouture de leur projet « éditorial, culturel et scientifique » devra être présentée à l’occasion de la Nuit européenne des musées prévue le 19 mai.

« Aller au-devant des publics »

Le ministère justifie son choix par « l’exigence scientifique en histoire de l’art » reconnue chez les deux commissaires, qui ont déjà assuré cette fonction pour des expositions organisées à Paris et en région, et leur « connaissance fine des questions de circulation des œuvres : gestion de la protection des collections, conservation préventive, transport et assurance, négociation avec les responsables de collections, conservateurs et régisseurs. »

Par ailleurs, la Rue de Valois souligne leur capacité à « aller au-devant des publics » par « des relectures des parcours muséographiques et des projets de médiation innovants. »

Pas d’unanimité chez les conservateurs

Leur tâche ne s’annonce pas de tout repos. La circulation des œuvres ne fait pas l’unanimité dans la profession. Du moins pour certaines qui sont emblématiques des collections françaises.

Récemment  Françoise Nyssen a avancé l’idée d’exposer la Joconde au Louvre –Lens, dont la venue est réclamée par les Lensois [2]. La ministre a par ailleurs apporté son soutien à l’éventuel prêt de la Tapisserie de Bayeux à la Grande-Bretagne, hypothèse avancée par le président de la République [3].

Deux projets qui ont soulevé les vives critiques de nombreux conservateurs et spécialistes de la conservation préventive.  

«Rôle incontournable de l’expertise »

Pour l’heure, l’Association générale des conservateurs de collections publiques (AGCCPF) fait montre de prudence, tout en rappelant le rôle incontournable de l’expertise. « Il faudra examiner chaque cas avec un regard scientifique  et  prendre toutes les précautions requises, estime son vice-président Christophe Vital. Les conservateurs en charge des œuvres appelées à circuler devront être consultés en leur qualité d’experts. Nous, professionnels, devrons  faire preuve de pédagogie et démontrer scientifiquement ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas.  Car certaines bonnes idées peuvent ne pas être raisonnables. »

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN