Ville intelligente

Services urbains numériques : la clé, c’est le partage des données

| Mis à jour le 17/05/2018
Par • Club : Club Techni.Cités

apinan - Fotolia

Le Lab OuiShare x Chronos a présenté le 12 avril les résultats de la première saison du projet DataCités, qui propose une exploration des services urbains numériques. Les partenaires impliqués dans l’aventure, notamment de grandes collectivités, en ont profité pour revenir sur leurs initiatives et sur les freins rencontrés, notamment au niveau du partage des données.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Participer au développement de services urbains numériques respectueux de l’intérêt général, c’est l’un des rôles endossé aujourd’hui par les collectivités territoriales. Comment y parvenir ? Quelles formes de coordination inventer entre acteurs publics, privés et citoyens ? Autant de questions auxquelles le Lab OuiShare x Chronos veut répondre à travers son projet DataCités en étudiant la question avec de nombreux partenaires, de l’ADEME à Rennes métropole en passant par Bouygues Construction ou la Fabrique de la Cité.

Ces différents partenaires ont été invités à participer à la restitution des premières conclusions du Lab le 12 avril dernier à Paris. L’occasion de constater que si certaines collectivités ont mis en place des initiatives innovantes, le chemin à parcourir pour parvenir au but recherché reste encore long. Notamment en raison des réticences qui entourent le partage des données.

Service métropolitain de la donnée

Pionnière sur la question de l’open data, la métropole de Rennes fait, en toute logique, partie des territoires qui se sont posé la question de la mise en place de services urbains innovants. Avec, en sous-texte, l’idée d’un meilleur partage des données entre acteurs publics et privés.

« Sur la question de l’open data, cela a été très profitable pour l’image de la collectivité. Mais aussi sur le terrain économique, même si on n’a pas d’indicateurs très précis, avance Bernadette Kessler, responsable du service innovation numérique de Rennes Métropole. Pour aller plus loin, on s’est dit : “ok, l’ouverture des données publiques, c’est indispensable mais toutes les données indispensables ne sont pas seulement publiques.” »

La collectivité s’est donc demandée comment elle allait faire pour tendre vers un usage partagé des données. C’est ainsi qu’est né le service public métropolitain de la donnée.

« Les données doivent être ouvertes. Celles qui ne sont pas ouvertes doivent être partagées. Et si elles sont partagées, elles doivent l’être à des conditions qu’on va définir ensemble. Les élus sont conscients qu’ils ne peuvent pas le faire seuls. Il faut le faire avec les acteurs privés, les entreprises, les citoyens », explique Bernadette Kessler.

A chaque secteur ses contraintes

Ce service métropolitain de la donnée se concentre pour le moment sur quatre domaines : énergie, eau, mobilité et données sociodémographiques. Avec, à chaque fois, des problématiques différentes. « On ne va pas à la même vitesse sur ces chantiers, précise Bernadette Kessler. Par exemple sur l’eau, les acteurs sont essentiellement publics. Ou très proches de l’acteur public. Ils y ont vu une opportunité pour améliorer leur système d’information. Mais quand on leur rappelle que l’idée est d’ouvrir les données, de produire des services, ils nous répondent qu’ils vont se concentrer sur leurs besoins internes. »

Du côté de l’énergie, la responsable du service innovation numérique souligne des soucis d’ordre

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
cet article est en relation avec
Dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Au sommaire du dossier

Lire le premier article
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP