Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Une technologie en plein essor, à l’épreuve de l’évaluation (1/2)

Publié le 27/05/2009 • Par Hervé Jouanneau • dans : Dossiers d'actualité

En dépit d’une efficacité discutable et d’un coût très élevé, le déploiement de caméras dans les lieux publics se poursuit de façon exponentielle. Longtemps idéologique, le débat se concentre aujourd’hui sur les conditions d’utilisation du système.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Faut-il développer la vidéosurveillance ?

Vingt-cinq ans après l’installation polémique des premières caméras dans une ville française, Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), la vidéosurveillance poursuit son essor. A la faveur d’une technologie de plus en plus performante, son déploiement dans les rues et les espaces publics s’accélère depuis quelques années. En effet, avec 1 522 communes équipées, l’année 2007 enregistre une hausse de 25 % par rapport à 2006 (1 142 communes) et de près de 50 % par rapport à 2005 (812).
Un phénomène largement encouragé par le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, qui réaffirmait, le 9 septembre, sa volonté de “tripler le nombre de caméras sur la voie publique” au titre de la lutte contre la délinquance. Porté en grande partie par les collectivités, le chantier se révèle particulièrement lourd et se traduit, dans certaines villes, par un investissement colossal, tandis que sa finalité – la réduction de la délinquance de voie publique – continue de faire débat.

1 – Un plan ambitieux

S’inspirant du modèle britannique, qui compte plus de 4,2 millions de caméras (soit une pour 15 habitants environ), le gouvernement se veut ambitieux : « rattraper le retard français », en passant de 20 000 à 60 000 caméras de voie publique. Hissé au rang de « priorité absolue » dans le plan national de prévention de la délinquance, présenté le 2 octobre dernier, le déploiement massif de la vidéosurveillance, rebaptisée « vidéoprotection » par le ministère de l’Intérieur, devrait donc se poursuivre de façon soutenue. Le chef du gouvernement a notamment indiqué que « l’effort sera porté à 20 millions d’euros » en 2010 dans le cadre du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD). En 2008, 11,7 millions d’euros avaient été consacrés aux systèmes de vidéosurveillance, soit presque un tiers de l’enveloppe globale du FIPD.

Autre priorité : la « mise en réseau » et « l’interconnexion » des systèmes publics existants. Dans la perspective de cette nouvelle politique publique, plusieurs organismes ont vu le jour ces deux dernières années : une Commission nationale de la vidéosurveillance a été installée pour donner son avis « sur les évolutions techniques et les principes d’emploi des systèmes » et un comité de pilotage stratégique a été chargé de coordonner le plan national. Adoptée le 27 mai 2009 en Conseil des ministres, le projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, que le ministre Hortefeux, nommé depuis lors, souhaite modifier pour une nouvelle présentation en 2010, introduit de nouvelles facilités pour son développement (possibilité de déléguer le visionnage des images aux opérateurs privés).
Concernant la réglementation, plusieurs textes ont été publiés, dont, pour les plus importants et les plus récents, un arrêté sur les normes techniques ou un décret simplifiant les procédures d’installation. En outre, une circulaire du 12 mars 2009 expose l’ensemble des règles qui s’imposent à la vidéosurveillance. Seul bémol, le financement du plan. Aucun crédit spécifique, en effet, n’a été débloqué par l’Etat.

2 – Des résultats empiriques

Sur le terrain, les élus locaux n’ont pas attendu les injonctions du ministère de l’Intérieur pour acquérir cette nouvelle technologie. La plupart y voient un moyen efficace d’éradiquer la petite délinquance et de rassurer la population. Depuis que l’on a déployé notre système pour empêcher certaines dégradations récurrentes, le résultat est spectaculaire. Leur nombre a chuté de façon vertigineuse et tout le monde peut le constater, se félicite Laurent Duporge, maire adjoint (PS) à Liévin (Pas-de-Calais), où 51 caméras ont été mises en service en novembre 2008.
A Cannes, 218 caméras ont été installées depuis 2002 et les chiffres de la délinquance ont chuté de 48 % en six ans. Même tendance à Strasbourg, où le volume de la délinquance a diminué deux fois plus vite dans les espaces vidéoprotégés, se réjouit-on, place Beauvau. A Orléans, souvent qualifiée de « laboratoire UMP de la sécurité », la délinquance de voie publique, particulièrement impactée par la vidéoprotection, a chuté de 48,8 %. Conclusion du cabinet de Michèle Alliot-Marie : Le rôle de la vidéoprotection, placée au cœur du dispositif local de prévention, a été déterminant dans l’obtention de ces résultats.
Autre atout évoqué par les services municipaux : le retour sur investissement. L’efficience des 80 caméras installées s’est traduite par une chute des primes annuelles d’assurances, qui auraient été divisées par 16 depuis 2001, se félicite Florent Montillot, adjoint au maire d’Orléans. La vidéosurveillance serait donc devenue un outil incontournable.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une technologie en plein essor, à l’épreuve de l’évaluation (1/2)

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement