Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Risques naturels

Érosion côtière : nouveau revers judiciaire dans l’affaire du Signal

Publié le 11/04/2018 • Par Sylvie Luneau • dans : Actu juridique, France

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mairie de Soulac-sur-mer
Saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité, dans l’affaire concernant l’indemnisation des propriétaires de l’immeuble Le Signal, le Conseil constitutionnel a refusé d’assimiler l’érosion côtière à un mouvement de terrain. Un enjeu fort pour les communes littorales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le 6 avril, le Conseil constitutionnel a rendu sa décision sur la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée par le syndicat des copropriétaires du Signal. Cet immeuble, situé à Soulac-sur-Mer (Gironde), est devenu le symbole de l’érosion côtière. Les habitants (78 appartements, 75 propriétaires) évacués en 2014 demandent depuis une juste indemnisation. « Evacués, mais non expropriés, nous n’avons à ce jour reçu aucune indemnisation » affirme José Guichet, le président du syndicat.

Tour à tour, les propriétaires ont saisi le tribunal administratif de Bordeaux, puis la Cour administrative d’appel, pour demander qu’une procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique soit engagée. A chaque fois, ils ont été déboutés.

L’érosion dunaire ne rentre pas dans les risques naturels ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : manager les agents publics à l'heure du confinement

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Érosion côtière : nouveau revers judiciaire dans l’affaire du Signal

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement