Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[EDITO] Politique de la ville

Banlieues : une occasion en or

Publié le 13/04/2018 • Par Hervé Jouanneau • dans : France

??????????????????
Fotolia
Les maires de banlieue multiplient les coups de gueule contre l’insuffisance de l’Etat dans les quartiers prioritaires. Jean-Louis Borloo plaide en faveur d’un total changement de méthode et à un engagement sans faille des élus, appelés à signer le pacte de la cohésion urbaine et sociale, élaboré par France Urbaine et l’Association des communautés de France.

 

Alors que la contestation sociale s’amplifie, la « séquence banlieue », comme l’appellent les communicants, s’invite dans l’agenda politique. Et entre même dans une phase décisive, celle des arbitrages et de l’action. Le calendrier est connu : un comité interministériel des villes se réunirait en mai pour accoucher d’un plan gouvernemental, et peut-être d’un projet de loi.

La « mobilisation nationale pour les quartiers », telle que l’a voulue Emmanuel Macron, sera-t-elle à la hauteur des espérances ? A ce stade, difficile de répondre tant le mystère reste entier sur les intentions de l’exécutif et les moyens qu’il entend engager. Mais une certitude s’impose : quarante ans après la naissance de la politique de la ville, et alors que le fossé demeure abyssal entre les villes et leurs banlieues, l’occasion de rétablir une confiance avec les habitants des territoires les plus pauvres de notre pays est unique.

Borloo, pièce maîtresse

Une occasion en or, même, compte tenu des atouts entre les mains du président. Pièce maîtresse : son éminence grise, Jean-Louis Borloo, missionné pour brasser les idées et nourrir le futur plan gouvernemental, bénéficie d’une cote de popularité hors norme. Par sa volonté de provoquer un « big bang institutionnel » fondé sur de nouveaux outils, des moyens massifs et une priorité à l’emploi et à la formation, l’ancien ministre de la Ville est parvenu à cristalliser tous les espoirs des maires de banlieue. Des élus pourtant échaudés à l’automne par des coupes franches dans leurs crédits.

Nécessaire soutien des élus

Mieux, les associations d’élus les plus concernées lui apportent un soutien total. Parmi elles, France Urbaine et l’Association des communautés de France appellent leurs adhérents à s’engager concrètement en signant un pacte de cohésion urbaine et sociale. Décevoir Borloo serait donc décevoir ses soutiens, dont l’UDI qui pèsera dans le vote de la révision constitutionnelle. Surtout, ce serait manquer encore une fois le rendez-vous d’une possible réconciliation nationale. Jean-Louis Borloo prévient : « Il ne faut pas se louper cette fois, sinon ce sera irréversible. »

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Banlieues : une occasion en or

Votre e-mail ne sera pas publié

AliCooper

13/04/2018 01h34

Certains de ces quartiers sont des ghettos (quantité de tours HLM et de barres en périphérie de ville ayant très très mal vieillis, peuplés majoritairement de pauvres et d’immigrés fraîchement arrivés). On peut y faire ce qu’on veut, certains de ces quartiers ne trouveront leur salut qu’avec des démolitions massives. Les seuls ghettos qui ont su se transformer et attirer d’autres populations ont démoli massivement pour désenclaver, dedensifier, après cela, chaque euro investi a été efficace. Il suffit de faire un tour dans un des 200 quartiers d’intérêt national pour s’en rendre compte.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement