Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Billet

L’investissement local : un thermomètre faillible

Publié le 06/04/2018 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Billets finances, France

thermometre-img-dossier
VRD - Fotolia.com
Chaque vendredi, retrouvez l'édito du Club Finances. Cette semaine, retour sur tous ces indicateurs branchés sur l’investissement local qui sont au vert. Ils ne sont pourtant pas la preuve principale d’une meilleure santé financière des collectivités. Mais le gouvernement pourrait bien s’en servir pour démontrer que les nouveaux efforts demandés aux collectivités sont parfaitement soutenables…

On comprend l’intérêt porté sur les investissements locaux. Ils représentent 55 % de l’investissement public civil national selon la définition sur base 2010, et non 70 % comme on le dit souvent, qui s’appuie sur une base plus restrictive que la nouvelle, n’incluant pas notamment les recherches R&D.

Le groupe bancaire BPCE, qui est allé plus loin en ramenant le poids de l’investissement local dans l’investissement total (c’est-à-dire incluant l’investissement privé) a pu montrer qu’il pesait près de 12 % de l’investissement national en 1995.

C’est dire combien l’intensité des besoins en équipement local conditionne l’économie française toute entière. Et ce même si celui-ci ne pèse plus que 8 % de l’investissement français, résultat d’un lent recul amorcé en fait depuis 1998, mais particulièrement marqué ces trois dernières années.

Reprise faible

Aussi, sa reprise constatée en 2017, aussi bien par Bercy (+5 %) que par l’Observatoire des finances et de la gestion publique locales (OFGL) (+6,5 %) ou par l’Insee (+2,9 Md€), est prise par les pouvoirs publics comme une bonne nouvelle. C’est donc vrai pour l’économie française. Mais pas forcément pour les collectivités.

Cette reprise « faible », comme l’indique l’OFGL, s’accompagne également d’une « dégradation globale de solvabilité des collectivités locales » analyse BPCE, quand l’Insee qualifie la situation financière actuelle des collectivités de « dégradée ».

Le niveau d’investissement n’est donc pas un révélateur suffisant de la santé financière du monde local ; le niveau d’endettement, l’épargne brute, les caractéristiques socio-économiques, géographiques et démographiques, etc. jouent également leur rôle.

Mais à force de brandir depuis plusieurs années ce thermomètre aux yeux du gouvernement pour lui prouver que la baisse des dotations rendait malade, les représentants des collectivités pourraient bien se faire prendre à leur propre piège : pour l’exécutif national, cette reprise des investissements locaux serait, pour suivre la même logique, la preuve d’une bonne santé financière globale retrouvée et qu’en conséquence, l’effort de maîtrise des dépenses demandé dans le cadre de la contractualisation est donc soutenable.

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’investissement local : un thermomètre faillible

Votre e-mail ne sera pas publié

Antigone 2018

06/04/2018 03h10

Heureusement que de temps en temps un éclair de lucidité permet de remettre les choses en perspectives car sur la question des finances locales on a, depuis quelques temps, le sentiment d’une hystérisation du débat.
Il serait temps de se mettre d’accord (état et collectivités locales) sur quelques indicateurs de santé financière des collectivités locales (capacité de désendettement, mobilisation du potentiel fiscal et ou indicateurs utilisés par l’Etat pour le seuils d’alerte ) et d’en tenir un tableau de bord régulier par strate de collectivités.
Il serait temps, aussi, de sortir de la recherche des seuls chiffres qui illustrent ce que l’on souhaite montrer !
Enfin un jour il faudra se poser la question de l’utilité des investissements car est ce une fin en soi que d’investir toujours plus ? Non sauf à répondre à des besoins utiles ou indispensables.
J’imagine que les maires débarqués en 2014 après pourtant avoir appliqué les recettes du passé : augmentation des impôts en début de mandat, investissements très importants en fin ; doivent encore méditer ce qui précède !

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement