Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

Solidarités : « Nous sommes refroidis par les concertations depuis un an »

Publié le 03/04/2018 • Par Isabelle Raynaud • dans : France

Patrick-Doutreligne
© Uniopss
L'Uniopss organise les 4 et 5 avril son congrès sur le thème "Liberté, inégalité, fraternité". L'occasion pour son président, Patrick Doutreligne, de faire un point sur ses relations avec la nouvelle majorité présidentielle et ses attentes autour de la future stratégie de lutte contre la pauvreté.

L’Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux (Uniopss) organise les 4 et 5 avril son 33e congrès, à Tours. Une opportunité de « tendre la main » au gouvernement, juge Patrick Doutreligne, le président du conseil d’administration de l’Uniopps, avec qui les relations sont tendues.

Vous avez intitulé votre congrès « Liberté, inégalités, fraternité ». Pourquoi ?

Cela exprime que la devise républicaine à laquelle nous tenons beaucoup, est aujourd’hui endommagée. Sur le premier terme, on confond liberté et libéralisme, ce qui nous gêne un peu. Il y a une différence entre la liberté d’entreprendre ou de commercer et le libéralisme qui parfois s’exonère de ses obligations sociales et sociétales. Cette dérive nous inquiète.

Concernant le deuxième terme, le creusement des inégalités s’accentue dans notre pays. Le resserrement des richesses dans une partie toujours plus faible de la population et le décrochage des catégories modestes et défavorisées est extrêmement inquiétant. En terme de vivre-ensemble, cette pauvreté est assez localisée : elle se situe dans les quartiers, le péri-urbain ou le monde rural. On a l’impression qu’en dehors des métropoles et de leur développement économique, point de salut. On laisse un peu partir à la dérive les services publics, que ce soit dans les quartiers ou en zone rurale, ce qui pose de vrais problèmes.

Quant à la fraternité, on la rattache très souvent à ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Solidarités : « Nous sommes refroidis par les concertations depuis un an »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement