Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Pollution de l’air

« La norme européenne pour les particules fines est trop permissive »

Publié le 29/03/2018 • Par Isabelle Verbaere • dans : A la une, Actu expert santé social, Actualité Club Techni.Cités, France

brulage-dechet-pollution-particules-une
Hervé Rouveure - Adobestock
Les territoires concernés par les dépassements des normes de qualité de l’air doivent élaborer des feuilles de routes opérationnelles, censées régler le problème. Le gouvernement doit les transmettre à la commission européenne, avant le 31 mars. Nicolas Marchand, chercheur au laboratoire de chimie de l’environnement de l’université d’Aix-Marseille, pointe les lacunes dans la surveillance des particules fines, le polluant le plus dangereux pour la santé.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les feuilles de routes ont été présentées devant le Conseil national de l’air le 20 mars. Une majorité de mesures visent les transports. Qu’en pensez-vous ?

Les transports sont effectivement la principale source d’oxydes d’azote. Mais ce n’est pas le cas pour les particules et en particulier les particules fines, dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres (μm). A titre de comparaison, l’épaisseur d’un cheveu est d’environ 70 μm. Les émissions des transports représentent entre 10 et 20 % des quantités mesurées dans l’air à Marseille, été comme hiver, du moins pour la fraction émise directement sous forme de particules dans l’atmosphère. Ce résultat est généralisable aux autres villes françaises comme Paris, Grenoble, Nice, Rouen… où nous avons menées le même type d’étude avec des ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Gazette pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La norme européenne pour les particules fines est trop permissive »

Votre e-mail ne sera pas publié

Patou

30/03/2018 07h34

Houla ,
Que de discours scientifiques sur la pollution de Marseille
Personnellement, je peux vous dire d’ou vient le gros du problème
Il est vrai que les bateaux y contribuent, mais comme je bosse fréquemment de nuit sur le port , je constate à chaque fois des feux sauvages de la part des « pays de l’est « qui brulent d’énormes quantités de fils et câbles de cuivre dérobées !
Mais que fait la police !!! Ha , c’est vrai , ils sont débordés

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement