logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/556949/grands-projets-pourquoi-la-facture-flambe-si-souvent/

FINANCES LOCALES
Grands projets : pourquoi la facture flambe si souvent
Camille Selosse | A la une | A la une | Actu experts finances | actus experts technique | France | Publié le 30/03/2018 | Mis à jour le 03/04/2018

Les exemples de chantiers portés par les collectivités territoriales qui ont vu leurs coûts prévisionnels croître sont nombreux. Les élus ont leur part de responsabilité. Mais c’est aussi l’organisation même de la gestion des projets qui est en cause.

Treize milliards d’euros. C’est le dérapage estimé du chantier du Grand Paris express, alors que les travaux ont à peine commencé. Soit une hausse de 50 %. La révélation de cette surcharge financière à l’occasion de la publication d’un rapport de la Cour des comptes sur le chantier du métro francilien a fait l’effet d’une déflagration. Le montant a de quoi impressionner. Mais en réalité, et malheureusement, le Grand Paris express est loin d’être une exception. La majorité des projets lancés par les collectivités territoriales est à peu près dans les clous, selon l’avocat Yvon Goutal, mais certains alourdissements de factures font couler beaucoup d’encre au point de donner la sensation qu’il s’agit d’une situation habituelle.

Plus la durée du chantier est longue, plus des aléas financiers sont susceptibles de survenir.

Une note multipliée par cinq

L’un des exemples les plus emblématiques est le musée des Confluences à Lyon. A ses débuts, à l’aube des années 2000, le projet est chiffré autour de 60 millions d’euros. Presque quinze ans plus tard, lorsqu’il sera inauguré, la facture a été multipliée par cinq et dépasse les 306 millions.

Autre secteur, autre territoire, autre ...

CHIFFRES CLES

Le Grand Paris express : + 13 milliards d’euros environ. C’est le surcoût estimé  du Grand Paris express, alors que les travaux n’ont pas encore commencé ! L’accélération du calendrier due à la candidature aux JO 2024, le manque de contrôle de la part de l’Etat, la non-prise en compte de possibles aléas dans le budget initial sont pointés du doigt par la Cour des comptes.


POUR ALLER PLUS LOIN