Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Economie

Marseille : les collectivités impuissantes devant le blocage du port

Publié le 09/02/2011 • Par Emmanuelle Quémard • dans : Régions

dockers et les conducteurs de grues et portiques du Grand port maritime de Marseille (GPMM) ont choisi d’employer les grands moyens. Depuis début janvier, à l’appel de la CGT, ils bloquent le chargement et déchargement des porte-conteneurs, chaque semaine du vendredi au lundi inclus.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Pour obtenir l’application d’un accord sur la pénibilité signé en octobre dernier avec le patronat portuaire (1), les dockers et les conducteurs de grues et portiques du Grand port maritime de Marseille (GPMM) ont choisi d’employer les grands moyens.
Depuis début janvier, à l’appel de la CGT, ils bloquent le chargement et déchargement des porte-conteneurs, chaque semaine du vendredi au lundi inclus.
Ce mouvement intervient au moment où un rapport de la Cour des comptes remis le 14 janvier 2010 au secrétaire d’Etat au Transports, Thierry Mariani, pointe les conditions salariales très avantageuses (pour un temps de travail effectif de 12 à 14 heures) dont bénéficient les agents de la manutention portuaire marseillaise.
Le même rapport observe également que le port provençal n’a cessé de perdre des trafics depuis une vingtaine d’années, chutant de la 2ème à la 5ème place du palmarès européen.
Face à cette situation, les responsables économiques marseillais réclament à cor et à cri l’intervention de l’Etat.

Le président de l’antenne locale du Medef n’a d’ailleurs pas hésité à exiger la venue de Nicolas Sarkozy sur les quais de la Joliette pour débloquer le conflit.
De leur côté, si les collectivités locales déplorent à l’unisson l’impact de la grève sur l’économie phocéenne, leurs marges de manœuvre sont minces pour intervenir dans le bras de fer qui oppose un établissement public aux salariés d’entreprises privées.
Lors du conseil municipal du 7 janvier, le maire (UMP) Jean-Claude Gaudin a appelé à la « fermeté de l’Etat », estimant « incroyable qu’un groupuscule syndical puisse bloquer l’économie et les emplois ».

Un soutien inattendu – Quelques jours plus tôt, le premier adjoint avait été encore plus direct.
Roland Blum avait déclaré au cours d’une conférence de presse que « la CGT, c’est le cancer qui tue progressivement le port de Marseille » .
Face à cette escalade verbale, les grévistes ont reçu un soutien inattendu.
Le syndicat Force ouvrière Territoriaux de la ville et de la communauté urbaine de Marseille a publié un communiqué dénonçant « le rapport de la Cour des comptes et les propos inacceptables de certains élus contre le syndicat majoritaire (du Port) qui sonnent comme un mépris intolérable contre les salariés du port et leur légitime combat pour la satisfaction de leurs revendications ». FO Territoriaux ajoute qu’il mène « un combat similaire sur le plan de la préservation des acquis ».

Notes

Note 01 Cet accord, que le gouvernement n’a toujours pas ratifié, prévoit d’avancer de quatre ans l’âge de la retraite pour les personnels concernés Retour au texte

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Marseille : les collectivités impuissantes devant le blocage du port

Votre e-mail ne sera pas publié

François

10/02/2011 08h31

Mais jusqu’où iront-ils. Pourquoi ne pas travailler 10 heures maintenant ? La pénibilité a tout de même baissé, avec la mécanisation ! La CGT a déjà presque réussi à détourner le trafic vers la Corse en Italie en raison des grêves à répétition de la SNCM, et ils ont recommencé. La seule solution : fermer ces boîtes, licencier tout le personnel recruté par népotisme d’oncles en neveux ou de pére en fils, et recruter des personnes qui veulent travailler dans des conditions décentes, mais pas 1/3 temps des autres travailleurs français…
Je rappelle aussi qu’en 1962 les rappatriés d’Afrique du Nord, dont beaucoup étaient des ouvriers ont parfois tout perdu parce que des dockers de Marseille ont balancé leurs maigres bagages dans le port, pour des raisons idéologiques. Ce ne sont pas les gros bonnets qui « faisaient suer le burnous » qui ont trinqué, mais les petits comme toujours.
Alors assez des caprices de ces privilégiés ! Je parle de ces grèvistes à répétition, et non de la totalité des dockers de Marseille, bien sûr.

ssrw.38

10/02/2011 04h02

Quand je pense que dans quelques mois ils ne travailleront même plus 14 H. Les affrêteurs maritime dirigeront leurs cargaison vers d’autres ports.
Et alors m ême leurs petits neveux ou fils n’auront plus qu’à aller chez Pole Emploi voir ce sui leur reste.

bessi/gégé

11/02/2011 08h54

laissez ces gens à la maison et continuez à les payer

bessi/gégé

02/03/2011 06h08

il faut se souvenir des chantiers naval de la CIOTAT
quand je pense qu’en 1963 MITTERRAND a envoyé les CRS contre les mineurs
(de charbon) en grève et que l’état actuel n’a rien dans les pantalons pour déloger une bande de bon à rien.
pauvre France.
ce sont vraiment des IGNORANTS

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement