logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/556387/la-penurie-de-fibre-optique-menace-le-deploiement-des-reseaux-dinitiative-publique/

AMÉNAGEMENT NUMÉRIQUE DU TERRITOIRE
La pénurie de fibre optique menace le déploiement des réseaux d’initiative publique
Claire Chevrier | actus experts technique | France | Publié le 23/03/2018

Après la pénurie de beurre, voici la pénurie de fibre optique ! Pourtant, comme pour le beurre, des industriels fabriquent de la fibre sur le sol français. Les collectivités ont des raisons d'être inquiètes : la Chine absorbe une grande partie de la production mondiale, et les délais d'approvisionnement sont supérieurs à un an.

fibre-optique-ethernet-debit-une

Lors de la Commission Régionale de Stratégie Numérique (CRSN) de Bourgogne-Franche-Comté, qui s’est tenue le 16 mars, le spectre de la pénurie de fibre optique était omniprésent. « Il faut actuellement un an à dix-huit mois de délais pour avoir de la fibre optique. Nous sommes très inquiets car des fournisseurs commencent à nous prévenir qu’ils ne sont plus capables de nous fournir », a affirmé Denis Leroux, président du syndicat mixte Doubs Très Haut Débit et représentant de l’Avicca, lors de la CRSN de Bourgogne-Franche-Comté.

« L’approvisionnement en câble et en fibre optique est un vrai problème. Sur des commandes passées fin 2017, nous avons des fournisseurs qui nous annoncent leur impossibilité de fibrer cette année. Même en passant des commandes fermes, nous ne sommes pas certains d’être livrés », confirme Aziz Sabri, chef de service adjoint de l’aménagement numérique du conseil départemental du Jura.

Aménagement forcé des calendriers de travaux

L’Avicca a d’ailleurs entendu le SYCABEL lors de son conseil d’administration de janvier dernier. Face à ces difficultés d’approvisionnement, les calendriers des travaux commencent à être revus. En Côte-d’Or, par exemple, les commandes de travaux au premier semestre 2018 ne portent que sur le génie civil. Faute de fibre, le tirage des câbles ne devrait pouvoir commencer qu’au second semestre.

« Nous ne déploierons que 50% des prises prévues la première année. Nous espérons rattraper ce retard lors de la quatrième année de déploiement », a expliqué, pour sa part, André Accary, président du conseil départemental de Saône-et-Loire.

Allocations annuelles

Les réseaux d’initiative publique ont déjà communiqué leurs besoins en fibre pour 2019 et 2020 aux entreprises en charge du déploiement, car, les allocations, qui se font annuellement, se déroulent actuellement. Rater cette échéance signifie n’avoir aucune livraison de fibre en 2019…

« Les acteurs du marché ont trop longtemps considéré qu’ils pouvaient s’approvisionner au jour le jour. Les câbliers, du coup, ont mal anticipé la demande pour 2018 et 2019. Et, investir dans les préformes [tubes de verre qui permettent de fabriquer les fibres optiques ndlr] coûte très cher », estime Régis Baudouin, directeur de la Mission France très haut débit à l’Agence du Numérique. Il a précisé avoir prévu une rencontre en juin avec la Fédération des industriels des réseaux d’initiative publique (FIRIP) pour essayer de « porter une analyse plus fine du sujet ».

Frilosité des fabricants de préforme

« Les fabricants de préformes n’ont pas anticipé que la fibre jusqu’à l’abonné allait vraiment démarrer », regrette Ariel Turpin, délégué général de l’AVICCA. Il est vrai qu’Orange, qui représente la moitié des investissements fibre optique en France, a démarré très tard. Bref, pendant plusieurs années, les promesses ne correspondaient pas aux annonces. Cela ne constituait pas vraiment un problème pour les fabricants puisque la Chine est très consommatrice…

« Les besoins en fibre de la France ne représentent que 3% du marché, contre plus de 55% pour la Chine et 30% pour les Etats-Unis », rappelle Aziz Sabri. « Fabriquer des préformes est très complexe, et les industriels hésitent à investir dans de nouvelles chaînes, car il faut une dizaine d’années pour les amortir », ajoute Ariel Turpin. Etant peu nombreux à maîtriser ces techniques de fabrication, la concurrence est quasi inexistante. Cette pénurie, en tirant les prix à la hausse, semble tout bénéfice pour les fabricants de préformes…

L’heure de vérité pour les contrats mal ficelés

« Certaines collectivités vont avoir des délégataires qui auront su anticiper cette pénurie en imposant

POUR ALLER PLUS LOIN