Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Education

Fermeture de classes : pour les communes rurales, le compte n’y est pas

Publié le 20/03/2018 • Par Michèle Foin • dans : A la une, Actu expert Education et Vie scolaire, France

Ecole classe lycee college tableau
Wikipedia
En déplacement en Touraine le 15 mars 2018, le chef de l’Etat a tenu à défendre sa politique à l’égard de l’école rurale. Une position qui tient difficilement face à la réalité du terrain.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est à une véritable opération déminage que se sont livrés la semaine dernière le chef de l’Etat et le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, en visite à Rilly-sur-Vienne (786 hab. – Indre-et-Loire) pour réaffirmer leur soutien aux écoles rurales.

Depuis quelques semaines la grogne ne fait qu’amplifier dans les territoires ruraux face aux annonces de fermetures de classes. D’autant plus que le Président avait promis un moratoire sur les fermetures en milieu rural en juillet 2017. Jean-Michel Blanquer a assuré début mars que seules 200 à 300 classes rurales « grand maximum » seraient fermées à la rentrée 2018.

Le 15 mars, aux côtés du chef de l’Etat, il faisait état de « 207 classes fermées » à la rentrée 2018, en solde net, dans ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Education et Vie scolaire pendant 30 jours

J’en profite
2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Initier et piloter une démarche de transformation par le cloud : l’exemple de Radio France

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Fermeture de classes : pour les communes rurales, le compte n’y est pas

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

20/03/2018 02h08

Pourquoi un élu depuis les ors parisiens irait il s’enquiquiner avec la campagne ? Et au moins pour une fois rien n’a été promis à se sujet donc on ne peut même pas leur en faire le reproche.
Les mêmes qui roulent avec chauffeurs et escorte de motards ouvrant la route à coup de sifflets ou de bottes si nécessaire mais prônent le 80 km/h sur les départementales ! (par exemple)
C’est la France à deux vitesses si loin de Egalité Fraternité…

Henri Tanson

20/03/2018 08h16

Cette réforme, comme toutes les autres, démontre à qui ne s’en serait pas aperçu, que notre gouvernement applique une politique qui ne va pas dans l’intérêt des citoyens. On est loin de l’idéal démocratique que l’on souhaiterait…
Il faut se demander pourquoi ça se passe comme ça.
Pourquoi la loi NOTRé, pourquoi la privatisation des services publics, des réseaux, pourquoi cette austérité pour les pauvres et ces largesses pour les plus aisés, pourquoi la réduction des dotations de l’Etat aux collectivités, la réduction des budgets de l’éducation nationale, de la santé, des retraites, des allocations chômage, des APL, pourquoi la disparition des emplois aidés, pourquoi la chasse aux chômeurs, pourquoi le 80 maxi sur les routes… Etc, etc.
Certaines réformes émanent directement des impératifs bruxellois, d’autres semblent chercher à faire diversion…
La colère est en train de monter dans le pays. La manifestation de jeudi 22 montrera où en est la prise de conscience des Français.
Quelle tristesse que dans un pays aussi riche que peut l’être la France, il faille se résigner à sacrifier tout ce qui faisait notre fierté.

Commenter
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement