Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Economie sociale et solidaire

« L’Etat n’a plus de marges de manœuvre pour de nouveaux domaines d’action culturelle »

Publié le 14/05/2018 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, France

culture
D.R.
Auteur d'un rapport sur l'urgence d'un rapprochement entre les acteurs de la culture et ceux de l'économie sociale et solidaire (ESS), Bernard Latarjet revient pour la Gazette sur les conditions de survie du secteur culturel. La ministre Françoise Nyssen vient, par ailleurs, de lui confier, ce 14 mai, le pilotage de son plan intitulé "La Culture près de chez vous".

Dans un rapport intitulé “Rapprocher la culture de l’économie sociale et solidaire” , commandé par la Fondation du crédit coopératif dans le cadre d’un chantier « Culture et ESS » conduit par le Labo de l’ESS, le conseiller culturel Bernard Latarjet, que Françoise Nyssen vient de nommer coordinateur du plan La Culture près de chez vous, pour l’itinérance des oeuvres et des artistes, dresse un double constat :

  • d’une part, les secteurs de la culture et de l’ESS n’ont quasiment pas de contacts, ce qui nuit à la valorisation de la place (au demeurant non négligeable) des acteurs culturels associations dans l’ESS ;
  • d’autre part, les mutations sociales, structurelles et financières  à l’œuvre mettent en grand danger les acteurs culturels associatifs.

Il plaide donc pour un rapprochement rapide des acteurs culturels intermédiaires (ceux qui sont entre le tout public et le tout privé) et ceux de l’ESS. Dans un entretien avec la Gazette, il explique comment ouvrir de nouvelles perspectives pour ces acteurs, qui « constituent l’essentiel de l’offre culturelle ».   

Sommaire

Pourquoi les institutions de l’ESS et les organisations socio-professionnelles de la culture ont-elles si peu de relations et se  connaissent-elles si mal ?

 Les rapports avec les organisations socio-professionnelles de la culture sont complexes. Celles-ci défendent en effet  des instances diverses, selon la vocation et l’économie de leurs membres. L’UFISC (l’Union Fédérale d’intervention des structures culturelles) qui regroupe onze fédérations et syndicats – soit plus de 1500 structures – est le principal porteur du développement de l’ESS dans le monde culturel. Elle représente en effet ce « tiers secteur », ces 35 000 associations employeuses, qui ne sont ni les établissements « labellisés » majoritairement subventionnés, ni les entreprises du secteur purement commercial.

Elle présente une logique de développement différente de celle des entreprises privées à but lucratif et de celles des équipements publics.

Les organisations qui défendent le secteur public redoutent que l’ESS serve d’alibi à la réduction des subventions. Celles qui défendent les entreprises culturelles privées suspectent les entreprises de l’ESS d’une double insuffisance managériale et artistique.

Quant aux grandes institutions de l’ESS, elles ne s’intéressent guère au secteur culturel. Elles considèrent qu’il s’agit de micro-entrepreneurs fragiles, qui n’ont rien à voir avec les grandes entreprises de l’ESS qu’elles représentent  et qui ont des chiffres d’affaires importants et une assise financière solide.

Et pourtant, le CNCRESS  dit que c’est dans la culture que l’on trouve le plus d’innovations aujourd’hui en termes d’inventions de nouveaux modèles économiques, de nouveaux modes de coopération etc.

Retour au sommaire

Vos contacts avec le cabinet de la ministre de la Culture vous laissent-ils espérer un engagement au niveau de l’Etat en faveur du développement de l’ESS dans la culture ?

L’intérêt est réel. Il existe un engagement global, à travers les forums  “Entreprendre dans la culture”, que le ministère organise désormais avec toutes les régions,  les Drac, et avec une fois par an un forum national à Paris.

Cependant, dans ce champ général de l’entrepreneuriat culturel, le champ de l’ESS mériterait d’être mieux pris en compte. Avec mes interlocuteurs de la DGMIC [direction générale des médias et des industries culturelles, ndrl], nous sommes d’accord pour renforcer cette place de l’ESS dans ces forums, pour poursuivre les efforts engagés en faveur de la formation et de l’accompagnement des entrepreneurs de l’ESS.

Il faut avoir conscience qu’avec le resserrement des financements publics, nous sommes face à un vrai  risque de fracture des politiques culturelles entre deux catégories : d’un côté, le service public, de plus en plus tributaire des subventions dont le niveau ne suit pas l’accroissement des charges fixes incompressibles et, de l’autre côté, le secteur marchand et concurrentiel. Avec, entre les deux, la précarisation du secteur associatif intermédiaire, qui serait perpétuellement la variable d’ajustement des budgets.

L’Etat se concentrerait alors, d’une part, sur un secteur public fragilisé par la réduction des crédits, et, de l’autre, sur les entreprises culturelles, au sens marchand, dans une logique d’efficacité. Car il est effectivement important que les industries culturelles, menacées par la concentration, et qui assurent une part essentielle de la diversité et de l’accès à la culture, continuent d’être soutenues.

N’oublions pas que le tiers secteur, qui appartient de fait à l’ESS, constitue l’essentiel de l’offre culturelle ! Par le nombre de structures concernées, il permet la couverture territoriale, notamment dans le monde rural, les petites villes et les banlieues. Quant au nombre d’emplois qu’il représente, il est loin d’être négligeable – environ 26 % des emplois culturels. Comment  accepter que ce tiers secteur-là soit de plus en plus précaire, voire disparaisse ?

Retour au sommaire

Quels sont les acteurs potentiels du développement de l’ESS dans le  secteur culturel ?

L’acteur central du rapprochement entre la culture et l’ESS, ce sont les régions, parce que ce sont elles qui sont situées à l’articulation de l’économie, du territoire et de la culture. Ce n’est pas un hasard si les CRESS sont au niveau des régions, si ce sont les régions qui organisent les forums de l’entrepreneuriat culturel, s’il y a des vice-présidents chargés de l’ESS dans les conseils régionaux, qui organisent les conférences régionales de l’ESS.

Dans les régions où  il y a une volonté politique de rapprocher l’ESS et la culture, et où les CRESS s’engagent, avec le soutien politique, financier et logistique de la région, pour assurer cette mise en relation, cela marche. Dans mon rapport, je cite les politiques engagées, par exemple, dans les régions Bretagne et Nouvelle Aquitaine.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Références

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« L’Etat n’a plus de marges de manœuvre pour de nouveaux domaines d’action culturelle »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement