logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/552751/les-metropoles-doivent-se-specialiser-dans-le-numerique-olivier-midiere-ambassadeur-du-numerique-pour-le-medef/

[ENTRETIEN] INNOVATION
« Les métropoles doivent se spécialiser dans le numérique », Olivier Midière, ambassadeur du numérique pour le Medef
Martine Courgnaud - Del Ry | France | Publié le 14/03/2018

Olivier Midière est spécialiste des questions numériques au Medef. Pendant six mois, il a visité plus de 25 pays sur quatre continents et a rencontré plus de 700 intervenants. Cela lui a apporté une connaissance très précise de l’organisation numérique mondiale.

olivier-midieres-medef-une

Olivier Midière est spécialiste des questions numériques au Medef. Un tour du monde de six mois – plus de 700 intervenants rencontrés dans 25 pays sur quatre continents – lui apporte une connaissance très précise de l’organisation numérique mondiale. Dans le « Guide des écosystèmes numériques mondiaux : rapport final de la mission Digital Disruption Lab » (Medef, 2017), il étudie les forces et les faiblesses de la transformation numérique dans chacun de ces pays, dont il tire une vision pour le développement économique de la France. Expérimentation en environnement réel, spécialisation des métropoles, participation des citoyens… : l’auteur explique comment ces pratiques du bout du monde pourraient inspirer les communes françaises.

A l’issue de votre tour du monde du numérique, quels pays vous semblent le plus en pointe, et pourquoi ?

En matière d’innovation numérique, les pays les plus matures sont toujours porteurs d’une vision et d’une stratégie. Mais la France n’est pas en retard… En outre, on retrouve la même organisation dans des pays très différents, comme le Kenya et Israël : des incubateurs, des accélérateurs, et une agence publique qui finance les innovations. Ce qui diverge ensuite, ce sont les pratiques. En Finlande, par exemple, tout petit pays qui compte seulement 5 millions d’habitants, la collaboration entre le public et le privé est très forte. En Colombie, Medellín, autrefois dirigée par la criminalité, le trafic de drogue et la guerre civile, est devenue un exemple d’innovation urbaine. Elle a d’ailleurs été élue « ville la plus innovante du monde » en 2012. Là encore, c’est l’association du public et du privé, quelle que soit l’alternance politique, qui permet à la ville de se reconstruire par l’innovation.

Quelles bonnes pratiques étrangères peuvent inspirer les communes françaises ?

Helsinki, qui regroupe 80 % de la population finlandaise, est elle-même une plateforme de tests des services rendus aux citoyens, à la disposition des innovateurs. Des réunions ont lieu régulièrement dans les quartiers sur de grands problèmes, tels que l’éducation. C’est une sorte de brainstorming géant qui vise à faire ressortir les attentes des habitants. La ville lance ensuite un appel à projets, et met ses infrastructures à disposition pour que

POUR ALLER PLUS LOIN