Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Promotion immobilière : après une bonne année 2017, des signes d’inquiétude

Publié le 02/03/2018 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

Strasbourg, chantier place du château, ELLE CC  BY SA 3.0
Strasbourg, chantier place du château, ELLE CC BY SA 3.0 © ELLE CC BY SA 3.0
La Fédération de la promotion immobilière présentait le 1er mars le bilan de son activité pour 2017. Les réservations de logements ont largement augmenté, retrouvant les niveaux d'il y a dix ans, mais des signaux négatifs alertent les professionnels.

2017 est une bonne année pour la promotion immobilière, avec 157 827 réservations de logements, un chiffre en hausse de 5,9% par rapport à  2016. Le dernier trimestre 2017 a été particulièrement florissant, avec une hausse de 7,2% des réservations par rapport à  2016.

Pourtant, si l’on regarde le détail des chiffres, les promoteurs immobiliers ont de quoi s’inquiéter : cette hausse des réservations est plutôt due aux ventes en bloc de logements aux bailleurs sociaux, qui ont augmenté de 30,5%, alors que les ventes aux particuliers stagnent avec une hausse de 1,1%.

La loi SRU sert la promotion immobilière

Pour Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération de la promotion immobilière, ceci s’explique par le fait que « l’article 55 de la loi SRU s’applique à plein, de nombreuses communes doivent rattraper leur retard de production de logements sociaux, et donc les ventes aux bailleurs sociaux sont de plus en plus importantes, elles représentent environ 35  000 logements ».

Mais c’est aussi le signe « qu’il faut être vigilant sur les prix de sortie pour les ménages, même si le chiffre de 118 000 logements vendus aux particuliers reste important » poursuit-elle.

Cette forte progression en 2017 des ventes aux bailleurs sociaux pose également question pour l’avenir : la réforme des APL va impacter les finances des bailleurs sociaux, qui, depuis cet automne ont averti qu’ils devraient certainement remettre en cause les investissements prévus dans de nouvelles constructions.

On peut donc imaginer que les achats en bloc via  la vente en l’état futur d’achèvement devraient accuser le coup  dans les prochains mois.

Construire plus vite

Sur un an, les mises en vente de logements neufs ont augmenté de 4,6%, mais cette hausse reste insuffisante en volumes par rapport aux besoins, et l’offre commerciale se reconstitue trop lentement.

Le stock représente en effet 9,4 mois de commercialisation, contre 11,4 mois début 2016, ce qui montre le besoin de simplification pour accélérer la construction.

Or, le projet de loi Elan répondrait insuffisamment à cette question. « Il faut agir sur la simplification, sur des éléments d’accélération des chantiers, il faut aller plus loin. Mais le projet de loi manque un peu d’ambition, il contient peu d’éléments structurants », regrette Alexandra-François Cuxac.

« Il y a une volonté politique forte de moderniser, mais cela prendra deux ou trois ans avant d’en voir les  premiers effets. La fiscalité est par ailleurs le grand absent du texte, tout comme la place du logement intermédiaire » juge cette spécialiste.

La présidente réclame en effet une fiscalité du logement libre alignée sur celle applicable au logement social.

Elle regrette  enfin que rien ne soit prévu dans le texte pour encadrer l’instruction des permis de construire par les communes, qui s’étalerait parfois sur 8 à  10 mois,  avec des pratiques de pré-instruction de plus en plus courantes. Le projet de loi contient en revanche la dématérialisation de la procédure d’instruction des permis de construire pour 2022, peut-être un élément d’accélération des projets.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Promotion immobilière : après une bonne année 2017, des signes d’inquiétude

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement