Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Le mot du social

E comme éthique

Publié le 08/10/2019 • Par Nathalie Levray • dans : Actu Santé Social

NATHALIE_LEVRAY
D.R.
Construit à partir du grec êthikós, moral, et êthos, le caractère, la manière d’être habituelle, le mot éthique désigne la "partie de la philosophie qui envisage les fondements de la morale" (Larousse en ligne).

« L’êthos, par nature, est un comportement », affirme le linguiste Dominique Maingueneau. Ce qui renvoie à la seconde définition du Larousse : « un ensemble des principes moraux qui sont à la base de la conduite de quelqu’un ». Pierre Hadot invite à prendre le mot « au sens très large », de « la recherche d’un état ou d’un niveau supérieur du moi » dans une « perspective universelle ». Est notamment convoquée « la conscience du rapport avec l’humanité dans son ensemble, ce qui entraîne le devoir de tenir compte du bien commun ».

Emmanuel Hirsch juge une réflexion éthique obligatoire « dans tous les contextes de vulnérabilité ». L’éthique s’inscrit ainsi dans la volonté de concevoir les finalités, les valeurs de l’existence, les conditions d’une vie heureuse, les questions de mœurs ou de morale, la notion de bien. Pour soi et pour les autres. Traduite par Paul Ricœur, elle correspond à « la visée de la « vie bonne » avec et pour autrui dans des institutions justes ».

Sur le plan professionnel, l’éthique fait appel « à la capacité de réflexion et à l’autonomie des agents », précise Luc Bégin. Selon Maingueneau, la notion permet de « réfléchir sur le processus plus général de l’adhésion des sujets à un certain positionnement ». Pour Bégin, il s’agit d’une « adhésion librement consentie à des valeurs qui donneront sens aux comportements de l’agent moral et aux règles qu’il respectera. »

L’éthique n’est en effet pas, en général, coercitive ; son non-respect n’entraîne pas de sanction légale. Sa finalité, dit Edgar Morin, « a deux faces complémentaires. La première est la résistance à la cruauté et à la barbarie. La seconde est l’accomplissement de la vie ». La réflexion éthique exige du temps. Pour écouter, débattre, partager, se former.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

E comme éthique

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement