Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité

« La vidéosurveillance est un gaspillage de l’argent public »

Publié le 05/03/2018 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Mucchielli-Laurent
© Claude ALMODOVAR/LA GAZETTE
Dans un livre à paraître le 7 mars prochain, le sociologue Laurent Mucchielli relance la polémique sur la vidéosurveillance. S'appuyant sur une enquête de terrain, il dresse un bilan accablant de son efficacité et fustige le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l’argent public et la démagogie politique. Entretien.

A quoi sert la vidéosurveillance ? Si certains élus prétendent y voir un outil de dissuasion, d’autres vantent ses vertus en termes d’élucidation judiciaire. En France, aujourd’hui, 3500 municipalités, de droite comme de gauche, en seraient équipées et se disent unanimement convaincues par son utilité dans la panoplie de lutte contre la délinquance, justifiant  au passage son poids conséquent dans leurs budgets.

Et pourtant, depuis plus de vingt ans, le monde scientifique, par la voix de chercheurs français et étrangers, ne cesse de juger, chiffres à l’appui, l’impact très limité de la vidéosurveillance sur l’insécurité. C’est ce que rappelle le sociologue ­Laurent ­Mucchielli, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’université ­d’Aix-Marseille, dans un ouvrage sans concession à paraître le 7 mars, « Vous êtes filmés – enquête sur le bluff de la vidéo­surveillance » (éditions­ Armand ­Colin).

S’appuyant sur une enquête de terrain, l’universitaire passe au crible les rouages politiques, économiques, sociaux et techniques de la vidéosurveillance pour « sortir des imaginaires et des discours » et produire une évaluation réelle, qui n’a jamais été établie à ce jour par les autorités. Dans cet entretien accordé à « La Gazette », il enfonce le clou et dresse un bilan particulièrement sévère de cet outil, insistant sur le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l’argent public et la démagogie politique.

A quoi sert vraiment la vidéosurveillance ?

Je constate tout d’abord qu’enregistrer des images utilisables ensuite par les policiers ou les gendarmes dans leurs enquêtes a une efficacité réelle mais très limitée. La présence d’images utiles n’est avérée que dans 1 à 3% du total des enquêtes réalisées dans l’année sur la commune. On peut penser que « c’est toujours ça de pris » mais aussi savoir que c’est très peu et s’interroger sur le rapport coût-avantage.

Deuxièmement, chercher à sécuriser un lieu précis à l’aide de la vidéo (le parking d’une gare où ont lieu beaucoup de vols dans les voitures, ou bien un square où a lieu du deal de drogues) conduit bien à réduire le problème à cet endroit précis mais ne le fait pas disparaître, ça le déplace vers un autre endroit de la ville.

Par ailleurs, employer des agents municipaux (policiers ou ASVP) pour regarder les écrans dans un Centre de supervision urbain (CSU) est à peu près inutile du point de vue de la lutte contre la délinquance. Cette « détection en direct » étant très faible, cela conduit à un détournement du système vers d’autres usages, le plus rentable étant la vidéoverbalisation. Une ville peut faire ce choix mais dans ce cas il faut dire la vérité à la population : les caméras ne la protègent pas des vols ou des agressions, elle accroissent la répression des infractions routières.

Quatrième constat : la construction d’un CSU et l’emploi d’agents municipaux coûte cher et réduit les effectifs disponibles sur le terrain. Or, dans toutes les villes, les élus et les chefs de police disent regretter de ne pas pouvoir faire de la police de proximité faute d’effectifs. C’est une contradiction majeure.

Enfin, dire que la vidéo aide à nous protéger du terrorisme est une sottise ou un mensonge. Dans tous les cas survenus ces dernières années, quand le terroriste a survécu on retrouve des images de lui après coup. Quand tout le monde est déjà mort. Cela ne sert donc à rien et c’est même au contraire utilisé par nos ennemis dans leur stratégies d’endoctrinement des jeunes.

Vous n’hésitez pas à qualifier la vidéosurveillance de « gaspillage de l’argent public » ?

Mon métier de fonctionnaire de la recherche me permet de parler sans langue de bois, devoir de réserve ni conflit d’intérêt. J’étudie un objet avec des méthodes scientifiques et je tire les ...

Article réservé aux abonnés Gazette & Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
2 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La vidéosurveillance est un gaspillage de l’argent public »

Votre e-mail ne sera pas publié

B SERAFINO

07/03/2018 04h36

Malgré tout le respect que j’ai pour l’auteur, même si, son approche sur l’industrie de la vidéo est réelle, je ne pense pas que son analyse soit objective.
Il n’a certainement pas enquêté sur les bons sites, a limité l’usage de la vidéo sur la sécurité, … alors que c’est aussi un outil pour la gestion de l’espace public, la gestion en temps réel d’évènements majeurs, du trafic routier, etc…
Il y a probablement des améliorations à apporter sur son usage, mais je reste persuadé qu’elle devient un outil indispensable pour la gestion des collectivités.

D Legrand - AN2V

12/03/2018 06h02

M. SERAFINO a complètement raison. L’auteur de ce papier se garde bien de citer ses sources, quelles villes il a audité (sous prétexte de confidentialité), bref, c’est plutôt son avis qui transparait dans toutes ses études, et qui restent inchangées depuis… 15 ans.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement