Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Rythmes scolaires

Semaine de 4,5 jours : ces maires qui résistent à la pression des enseignants

Publié le 01/03/2018 • Par Michèle Foin • dans : A la une, Actu expert Education et Vie scolaire, France

Pixabay
Confortés par les familles, des maires tiennent tête aux enseignants hostiles à la réforme « Peillon ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En septembre dernier, 43,4 % des communes avaient choisi de revenir à la semaine de quatre jours et 40 % de celles restantes l’envisageaient pour 2018, d’après une enquête de l’Association des maires de France. Rares sont donc les villes qui maintiendront la semaine de quatre jours et demi en 2018. Dans les cas les plus emblématiques – Paris, Rennes ou Nantes -, les élus, fervents défenseurs des neuf demi-journées de classe, n’ont consulté ni les habitants ni les conseils d’école pour poursuivre sur cette lancée. Vincennes, Angers et Issy-les-Moulineaux ont pris cette peine, mais la balance a penché du côté des familles en faveur du maintien de la semaine de quatre jours et demi, alors que les enseignants y restaient opposés en majorité.

Soutien de l’Etat

Un désaccord qui, à Vincennes ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Education et Vie scolaire pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Semaine de 4,5 jours : ces maires qui résistent à la pression des enseignants

Votre e-mail ne sera pas publié

Coco

02/03/2018 10h33

Le nombre de jours de classe en France est le plus faible de tous les pays européens. La semaine doit être de 4 jours et demi afin d’améliorer nos résultats scolaires mais c’est à l’État d’en décider. Les communes se retrouvent dans des positions délicates à cause de cette non décision de l’État. Je plains les élus de ces communes. Ceci est complètement absurde.

Commenter
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement