logo
DOSSIER : Les recettes pour faire baisser les dépenses de fonctionnement
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/550188/depenses-de-fonctionnement-de-nombreuses-possibilites-pour-agir-sur-la-masse-salariale/

FINANCES LOCALES
Dépenses de fonctionnement : de nombreuses possibilités pour agir sur la masse salariale
Frédéric Ville | A la une | A la Une finances | Actu experts finances | France | Toute l'actu RH | Publié le 19/02/2018

Alors que les dépenses de personnel représentent 36 % des budgets de fonctionnement, leur maîtrise demeure l’enjeu numéro 1. Plusieurs leviers sont à envisager afin de réduire les dépenses.

AdobeStock_112575436En 2017, les dépenses de personnel des collectivités auraient progressé de 2 %, selon La Banque postale. La faute à l’Etat, disent-elles : augmentation du point d’indice de la fonction publique et des cotisations sociales, revalorisation des grilles salariales, réduction du nombre de contrats aidés, etc. Pourtant, la maîtrise (la baisse) des frais de personnel – qui représentaient 36 % des budgets de fonctionnement en 2016 – doit contribuer à la limitation globale des dépenses demandée par le gouvernement.

Les moyens pour contraindre la masse salariale n’ont cependant pas tous la même portée. Le plus efficace, selon Johan Theuret, le président de l’Association des DRH des grandes collectivités territoriales (Adrhgct), serait la non-compensation des départs. « Il s’agit du levier le plus utilisé : 320 000 départs à la retraite environ d’ici à 2022 permettront en partie de répondre aux objectifs du Président », indique-t-il. « En passant de 8 289 agents en 2015 à 8 176 fin 2017, la région Hauts-de-France a économisé 1,39 million d’euros par an [0,37 % de la masse salariale de 2017, ndlr] », illustre la vice-présidente chargée de la fusion de l’administration, du personnel et du dialogue avec les syndicats, Brigitte Fouré (UDI).

L’absentéisme, point crucial

Second levier : la diminution des heures supplémentaires et du recours aux remplacements saisonniers ou aux renforts. « On privilégie la récupération plutôt que le paiement des heures supplémentaires », précise Johan Theuret. La commune de Mandelieu-la-Napoule (22 400 hab., Alpes-Maritimes) a par exemple réduit les heures supplémentaires de ses agents (hors élections) de 45 % en volume entre 2014 et 2017, et de 47 % en montant, soit 81 929 euros en moins et 0,4 % des dépenses de personnel de 2014. De même, la baisse du recours aux saisonniers a généré 14 500 euros d’économies entre 2014 et 2017, soit 0,07 % de la masse salariale de 2014. Partout, on tire les délais avant de remplacer les agents partis ou absents.