logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/549441/ces-villes-qui-font-la-chasse-aux-perturbateurs-endocriniens/

SANTÉ
Ces villes qui font la chasse aux perturbateurs endocriniens
Hélène Huteau | actus experts technique | Innovations et Territoires | Régions | Publié le 19/02/2018 | Mis à jour le 16/02/2018

Les perturbateurs endocriniens sont de plus en plus reconnus comme la cause de cancers et de maladies chroniques telles que l’obésité et le diabète. Les maternités et les structures de la petite enfance sont les premiers secteurs concernés, puisque les mille premiers jours à partir de la fécondation sont les plus critiques. Sensibiliser les professionnels et les acheteurs publics tout en menant des campagnes d’information grand public s’avèrent déterminants.

Les perturbateurs endocriniens (PE) sont partout, et la prise de conscience de l’opinion publique récente. Le 10 octobre 2017 se tenait à Paris le premier colloque européen « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » visant à mutualiser les expériences afin d’assainir notre environnement quotidien de ces substances toxiques. « De nombreuses maladies sont, pour partie, la conséquence de l’exposition aux perturbateurs endocriniens pendant la grossesse et la petite enfance », souligne André Cicolella, président de l’association Réseau environnement santé. On parle ici de cancers et de maladies chroniques que sont l’obésité, le diabète, les troubles du comportement… La grossesse et la petite enfance sont des périodes très sensibles, les mille premiers jours à partir de la fécondation étant les plus critiques.

Après de nombreux débats et des pressions exercées par les citoyens au sujet des PE, la Commission européenne en a voté les critères de définition fin 2017. Des critères attendus depuis 2013 comme préalables à l’application du règlement « pesticides » de 2009, mais aussi aux futurs règlements sur les cosmétiques, les jouets, l’agroalimentaire…

Projet européen de lutte contre les perturbateurs endocriniens

« Au-delà des pesticides, les PE concernent notre vie quotidienne », a déclaré Brune Poirson, secrétaire d’Etat chargée de la Transition écologique, le 10 octobre. Elle a promis une campagne d’information grand public d’ici à l’été 2018 et 2 millions d’euros de ...

CHIFFRES CLES

  • 150 Md€ : C'est une estimation du coût sanitaire lié aux perturbateurs endocriniens, citée par le ministère de la Transition écologique.


POUR ALLER PLUS LOIN