Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité civile

« Ce que nous avons fait montre que demain les Sdis peuvent travailler ensemble »

Publié le 27/02/2018 • Par Françoise Sigot • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

contrôleur général Serge DELAIGUE1
SDMIS
Début 2015, le Département du Rhône et la Métropole de Lyon créaient le SDMIS (Service Départemental de Métropolitain d’Incendie et de Secours). Avec trois années de recul, le contrôleur général Serge Delaigue, directeur départemental et métropolitain analyse cette première comme un succès.

Le premier SDMIS (Service départemental métropolitain d’incendie et de secours) français a vu le jour le 1er janvier 2015. Trois ans après, le directeur départemental et métropolitain Serge Delaigue estime que ce qui a été réalisé à l’échelle du département du Rhône et de la Métropole de Lyon est de nature à faire école au sein d’autres Sdis. Sous certaines conditions toutefois…

Trois ans après la création du SDMIS, quel bilan général tirez-vous de ce modèle totalement inédit ?

Le SDMIS a été créé le 1er janvier 2015. Il assure ses missions au profit de deux collectivités : le Département du Rhône et la Métropole de Lyon, ce qui effectivement en fait une structure inédite. Lors de sa création, nous n’avions pas véritablement de doutes sur notre capacité à exercer nos missions sur ce ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Ce que nous avons fait montre que demain les Sdis peuvent travailler ensemble »

Votre e-mail ne sera pas publié

SuperIntendant

28/02/2018 05h11

J’ai du mal à comprendre l’intérêt de diviser département et métropole alors que cette dernière se trouve… dans le département. Qu’un équilibrage budgétaire soit fait « en interne » et de façon transparente entre la métropole et le département me semble tout à fait légitime puisque dans les faits, la métropole ayant un plus fort taux d’habitants au m², il est statistiquement logique qu’elle enregistre davantage d’interventions que le petit village de campagne à l’autre bout du département. Mais créer deux entités distinctes pour multiplier les directions, les services etc… quelle utilité ? D’autant que cela implique une adaptation non-négligeable dans de nombreux secteurs (« resiglage » de tous les véhicules, création d’édifices et de sièges administratifs supplémentaires, refonte des supports d’information et de communication, création de services administratifs en doublon pour le même travail, etc…). Surtout pour au final que … rien ne change vraiment puisque tout reste gérer au niveau départemental, et (pour revenir au sujet) que les pompiers de la Métropole restent avant tout des pompiers du département, et sont les uns comme les autres amenés à intervenir dans ou hors de la métropole, mais dans le département…

À l’heure où l’on demande de faire des économies drastiques dans tous les domaines au détriment du service rendu au citoyen, on continue à bêtement dilapider les ressources pour combler les désirs de certains politiques ou hauts gradés en manque de postes et de pouvoirs…

La sectorisation des interventions (par zone ou arrondissement du département, sous-préfecture ou territoire, existe dans chaque département de France) alors « SDMIS » ou « SDIS » … au final, ça reste le Rhône.

Pour ce qui est de mutualiser avec d’autres SDIS, l’idée n’est pas nouvelle et elle est évidemment intéressante. L’échelon des anciennes régions –qui regroupaient en général 3 ou 4 départements– aurait été intéressant pour cette mutualisation (effectivement au détriment de l’échelon départemental), mais là encore, des intérêts politiques et personnels ont prévalu sur l’intérêt du citoyen…

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement