Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[éditorial] Action publique 2022

Fonction publique : l’art de la guerre

Publié le 09/02/2018 • Par Jean-Marc Joannès • dans : Dossiers d'actualité, France

Chess.
Fotolia
Maîtriser le calendrier, toujours garder l’initiative… Après ces deux techniques, le gouvernement vient de mettre en pratique un troisième précepte qui, lui aussi, s’inspire de l’« Art de la guerre » de Sun Tzu : user de l’effet de surprise.

Maîtriser le calendrier, toujours garder l’initiative… Après ces deux techniques, le gouvernement vient de mettre en pratique un troisième précepte qui, lui aussi, s’inspire de l’« Art de la guerre » de Sun Tzu : user de l’effet de surprise. Le 1er février, douze ministres et secrétaires d’Etat se sont réunis pour le comité interministériel de la transformation publique. Un grand raout, annoncé comme le premier point d’étape du programme Action publique 2022 (AP 2022). Un « point d’étape » ? C’est surtout un coup médiatique et tactique particulièrement réussi !

Plan de départs volontaires

En annonçant une nouvelle mesure à inclure dans la démarche AP 2022, un plan de départs volontaires des agents, le gouvernement a pris de court tout le monde. Même si certaines collectivités ont déjà expérimenté des départs volontaires d’agents, cela relève politiquement du coup de maître. « Volontaire », cela sonne très soft : point de casse humaine à l’horizon ! Cela parle au plus grand nombre… bien plus que la « décorrélation du point d’indice ». Rendre leur liberté aux agents sous statut, en compensant par plus de contractuels, c’est aussi très positif : l’occasion de communiquer sur la mobilité et la « respiration » nécessaires à notre fonction publique.

Financement

Sur le fond, le principe de « plan » de départs volontaires confirme que l’objectif d’AP 2022, c’est d’abord la réduction des effectifs. Et que le gouvernement veut rapprocher le régime des fonctionnaires de celui des salariés du privé. Avec le recours à davantage de contractuels, l’exécutif assume que le contrat ne devra plus être une dérogation au statut, mais bien une alternative pour les employeurs.

De nombreuses oppositions se sont exprimées immédiatement, au risque d’être qualifiées de réfractaires à l’innovation et arc-boutées sur la défense d’avantages (la garantie de l’emploi ?). Il n’empêche, ces annonces appellent des précisions : comment un plan de départs volontaires sera-t-il financé et mis en œuvre ? Concernera-t-il la territoriale et ses milliers d’employeurs territoriaux ? Quel serait le coût, financier et managérial, d’un recours massif aux contractuels… qui ne manqueront de se « vendre » au plus attractif, voire au plus offrant ?

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Fonction publique : l’art de la guerre

Votre e-mail ne sera pas publié

Facile

12/02/2018 09h57

Il existe une solution très simple pour inciter certains fonctionnaires à partir: Pourquoi ne pas inciter les personnes en âge de prendre la retraite à partir?

La question est de savoir pourquoi certains agents (des trois fonctions publiques) ne partent pas à la retraite dès qu’ils le peuvent?
La réponse se trouve dans les textes: le système de calcul est très défavorable aux agents qui n’ont pas tous les trimestres nécessaires et au calcul du taux de la retraite qui ne prend pas en compte le vécu dans d’autres caisses de retraite.

La solution simple consiste alors à supprimer la décote pour les agents des trois fonctions publiques; durant une période donnée: le mandat actuel du Président.
Si on veut aller plus loin, pour les grades où trois niveaux existent, les agents qui partent à la retraite seraient reclassés dans le grade immédiatement supérieur avec un échelon leur permettant d’obtenir un indice supérieur (pour ceux classés en échelle lettre, le dernier chevron).

Bien entendu ces mesures auraient un coût… mais lissé sur une longue période avec un effet immédiat sur les comptes de l’Etat et des collectivités.

mais l’Etat osera-t-il le faire?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement