Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education

Les maires ruraux n’entendent pas se faire « dépouiller » de leur école

Publié le 01/02/2018 • Par Michèle Foin • dans : France

Ecole classe lycee college tableau
Wikipedia
Alors que les annonces de carte scolaire commencent à filtrer pour la prochaine rentrée, les élus ruraux sont aux abois. Avec le dédoublement des classes de CP et CE1 en réseaux d’éducation prioritaire, ils craignent de plus nombreuses fermetures de classes en milieu rural.

La fin du mois de janvier apporte son lot traditionnel de complaintes à propos de la carte scolaire. C’est le moment où les Directeurs académiques des services de l’éducation nationale (Dasen) préparent la rentrée, allouent les postes en fonction des prévisions d’effectifs des élèves et font leurs premières annonces. Cette année est néanmoins particulière, alors que toutes les classes de CP en Réseaux d’éducation prioritaire renforcé ou non (Rep et Rep+) doivent être dédoublées et que les classes de CE1 de Rep et Rep+ doivent commencer à suivre le même chemin.

Les maires ruraux, qui ont le plus à craindre des fermetures de classe, redoublent de vigilance. L’Association des maires ruraux de France (AMRF)  a déjà eu des remontées du terrain et ne cache pas son inquiétude qu’elle a exprimée le 23 janvier 2018 dans un communiqué.

« Il n’est pas acceptable de déshabiller Loïc pour habiller Stéphanie. Les écoles rurales ne peuvent servir de réservoirs dans lequel on puiserait sans vergogne les moyens nécessaires à une politique qui n’aurait pas assumé de se doter en conséquence des moyens nouveaux », y écrit Vanik Berberian, son président.

Des remontées du terrain

De fait, des élus du Lot, des Vosges et de la Gironde viennent d’émettre les premiers signaux d’alarme. « On ne peut pas encore parler de preuves, explique avec prudence Eric Szabo, le directeur de l’association, puisque la carte scolaire sera mise en application en septembre 2018, mais nous sommes inquiets. »

« Comment gérer au mieux la dotation en postes, attribuée par le Recteur d’académie, pour ne pas s’enliser dans un conflit avec les parents et les élus ? Tel est le rôle du DASEN qui doit résoudre l’équation de réussir une rentrée scolaire paisible malgré les éléments parfois délicats du contexte », avance l’association dans son communiqué. « C’est au DASEN de savoir où mettre le curseur, poursuit Eric Szabo. Peut-on avoir d’un côté 10 ou 15 élèves par classe et de l’autre des classes à 30 élèves et 10 à 15 km à faire en plus pour aller à l’école ? Car n’oublions pas que fermetures et regroupements de classes signifient davantage de déplacements pour des enfants de 3 à 11 ans. »

Démenti ministériel

Suite à son communiqué, le président de l’AMRF a été immédiatement reçu par le cabinet du ministre de l’Education nationale.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les maires ruraux n’entendent pas se faire « dépouiller » de leur école

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

02/02/2018 08h44

« 10 à 15 km à faire en plus pour aller à l’école » pour des enfants entre 3 et 11 ans c’est un peu beaucoup. Mais j’imagine que les ministres, hauts fonctionnaires parisiens et autres DASEN ne sont pas impactés n’habitant pas ces villages ruraux !
Alors vive la France des villes ! Laissons la campagne aux zadistes !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement