Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Démocratie

Les Français font confiance aux élus locaux. Oui mais…

Publié le 30/01/2018 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : France

Marianne dans une mairie
Fotolia
Les Français jugent plus éloignés que jamais la vie politique de leurs préoccupations quotidienne et ne font pas confiance à leurs représentants. Seuls les élus locaux et tout particulièrement le maire trouvent encore grâce à leurs yeux.

Selon la neuvième vague du baromètre annuel du Centre de recherches sur la vie politique (Cevipof) de Sciences-Po Paris, le mot d’ordre d’Emmanuel Macron est encore loin de faire boule de neige. « Restaurer la confiance à tous les étages de la vie publique » a beau faire partie des objectifs du nouveau locataire de l’Elysée, répété à plusieurs reprises pendant la campagne présidentielle, il ne suffit pas de la décréter pour qu’elle devienne effective.

C’est en tout cas la conclusion qu’on peut tirer des différents enseignements de l’étude du Cevipof intitulée “En qu(o)i les Français ont-ils confiance aujourd’hui ?”.

Les institutions locales inspirent confiance

Ainsi, seuls 33% des Français interrogés disent avoir confiance dans l’institution présidentielle. Pis, le Sénat et l’Assemblée nationale ne récoltent respectivement la confiance que de 29% des Français.

Mais bonne nouvelle pour les institutions locales : elles sont les seules à tirer leur épingle du jeu. 53% des Français font ainsi confiance au conseil municipal, 43% au conseil départemental et 41% au conseil régional. Si les échelons de proximité sont donc salués, l’érosion de la confiance n’en reste pas moins frappante.

En seulement un an, le conseil municipal a perdu 11 points, inspirant donc fortement moins confiance qu’en décembre 2016. Même phénomène pour les collectivités départementales et régionales qui perdent 13 points.

Confiance 1

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Les élus locaux plébiscités, mais moins qu’avant

De façon logique, le niveau de confiance dans les personnalités politiques selon les fonctions varie tout autant d’un échelon à l’autre. Alors que la figure du maire inspire confiance à 55%, tout comme celle du conseiller départemental à 40% et du conseiller régional à 39%, le député est à la peine avec seulement 35%. Là encore, la dégringolade est sévère depuis 2016 : moins 9 points pour le maire, le conseiller départemental ou régional.

Et pour cause. Seuls 22% des sondés ont des sentiments positifs quand on évoque la chose publique. 39% « éprouvent d’abord » de la méfiance, 25% du dégoût et seuls 11% de l’intérêt.

confiance 2

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Entre corrompus et experts

Autre enseignement du travail du Cevipof : 71% des Français jugent « les élus et les dirigeants politiques » plutôt corrompus. Face à un tel constat, la priorité des Français pour « faire confiance à un responsable politique » est donc d’abord d’être honnête (63%), qu’il tienne ses promesses (à 45%), et qu’il connaisse bien ses dossiers à seulement 26%.

Confiance 3

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Des politiques peu concernés par l’opinion des citoyens

Enfin, les personnes interrogées estiment à 82% que « les responsables politiques en général ne se préoccupent pas de ce que pensent les gens comme [eux] ». Le corollaire d’un tel sentiment est celui d’une démocratie jugée peu efficace. 61% des sondés estiment ainsi que la démocratie française ne fonctionne pas très bien ou pas bien du tout.

Le sondage finit cependant sur une note positive. Parmi les moyens d’expression des citoyens les plus efficaces, voter aux élections est largement en tête à 61% contre seulement 26% pour manifester dans la rue.

Tout n’est peut-être pas perdu donc pour la démocratie locale et nationale.

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les Français font confiance aux élus locaux. Oui mais…

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

31/01/2018 06h55

La tendance actuelle, loi NOTRé et autres, est d’éloigner encore plus les citoyens de la politique, (en fusionnant et supprimant des communes, en créant des structures de plus en plus opaques, agglos, communautés, métropoles, euro-régions). Le pouvoir politique semble souhaiter avoir les mains libres, non pas pour exercer la démocratie, mais pour nous imposer une politique que personne ne veut : qui veut de la loi NOTRé ? Personne. Qui veut de la réforme du Code du travail, de la précarisation de l’emploi, de l’accroissement des inégalités ? Personne. Mais puisque les Français se désintéressent de ce qui se passe et préfèrent s’en tenir éloignés, le cycle peut continuer. La démocratie laisse la place, lentement mais sûrement à une forme d’oligarchie, une élite auto-proclamée, tendance mafieuse, qui prend de plus en plus des tournures de dictature, au sens premier du mot. Laissons faire…

pov citoyen

31/01/2018 07h40

Il y a de bons élus, j’en ai déjà vu quelques uns.
L’élu nait bon (comme dirait Jean Jacques R), mais l’attrait du pouvoir, les petits avantages en tout genre et les dérives moyenâgeuses historiques de leurs statuts mettent à bas les meilleures bonnes volontés.
Le pire est bien sûr le sénat où les avantages indus sont légion (demandez à Mr Larcher s’il veut lâcher le morceau…), mais même au plus petit niveau il y a des injustices.
L’abbé Pierre a résisté à tout cela, mais tout le monde n’est pas l’abbé Pierre.
On s’attaque seulement aux délits de Mr Balkany…. Je vous rassure, il est toujours en liberté, député, etc. Comme dit un internaute, il pourrait bien finir avec les honneurs comme Pasqua.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement