Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Information - Communication

« Fake news » : quel impact dans les territoires ?

Publié le 30/01/2018 • Par Emilie Denètre • dans : France • Source : Courrier des maires.fr

PhotoRumeur
Adobe/ psdesign1
Irrité par des rumeurs qui se sont répandues lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron veut désormais la création d’une loi anti « fake news ». Le but : lutter contre la propagation de fausses nouvelles au cours des campagnes électorales. Mais ces « informations » qui n’en sont pas ne frappent pas que les grandes figures politiques nationales, elles circulent aussi dans les territoires, visant parfois nommément les maires… Le Courrier des Maires a enquêté sur les potentiels effets de cette future loi pour les élus locaux, notamment en période électorale.

« Fake news », derrière l’anglicisme, un procédé vieux comme la cité : celui de la déstabilisation politique par le mensonge ! Et une méthode dénoncée par le chef de l’Etat lors de ses vœux à la presse le 3 janvier : « nous vivons l’irruption dans le champ médiatique des fausses nouvelles, les fake news, comme on le dit dans le monde anglo-saxon, et des médias qui les propagent. […] Par une fascination pour une horizontalité absolue, nous avons considéré que toutes les paroles pouvaient en effet se valoir et que la régulation était forcément suspecte d’un choix. Or, ce n’est pas le cas, toutes les paroles ne se valent pas et des plateformes, des fils Twitter, des sites entiers inventent des rumeurs et des fausses nouvelles qui prennent rang aux côtés des vraies », déplorait-il.

Avant l’avènement des réseaux sociaux, Facebook et Twitter en tête, on parlait plutôt de « légende urbaine » ou de « rumeur ». En 2013, plusieurs élus en régions en étaient d’ailleurs victimes, à l’image de Benoist Apparu, maire de Châlons-en-Champagne.

[…]

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« Fake news » : quel impact dans les territoires ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

31/01/2018 07h09

Ne faisons pas semblant de ne pas comprendre… Il ne s’agit pas d’interdire la propagation d’informations dangereuses et fausses (il y a quantité de lois existantes pour cela), mais de se donner, pour le pouvoir en place, la possibilité de contrôler l’information…
C’est le Miniver de 1984. C’est le IIIème Reich qui revient.
Quel est le danger de laisser les gens s’exprimer ? Et n’est-ce pas le droit de chacun de pouvoir dire n’importe quoi ? Et surtout, qui est capable de déterminer ce qu’est la vérité ?
Nous assistons à une dérive dangereuse de notre liberté d’expression, tout simplement.

François

31/01/2018 03h30

Je partage l’opinion de Henri Tanson.
Si des calomnies ou des mensonges sont propagés, il convient de poursuivre ceux qui les ont inventés.
Il existe déjà des sujets tabous sur lesquels il est interdit de faire des recherches. Cela ne suffit plus le président veut museler toutes les opinions contraires à la version officielle qui colporte parfois…. des fake news, comme sur la Syrie actuellement.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement