Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Taxe de séjour

Airbnb va verser 13,5 M€ aux collectivités

Publié le 29/01/2018 • Par Pascale Tessier • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France

Marseille2
Flickr CC by jopa Elleul
La plateforme de location Airbnb s’apprête à verser aux communes et intercommunalités une taxe de séjour de 13,5 M€, un montant deux fois plus important qu’en 2016. Nice enregistre la plus forte hausse.

Si la plateforme de location de logements entre particuliers voulait démontrer aux communes et intercommunalités son efficacité en matière de collecte de la taxe de séjour, c’est fait : d’ici la fin du mois, Airbnb leur fera un chèque de 13,5 M€, contre 7,3 M€ l’an passé. À nuancer, toutefois, avec le périmètre d’intervention qui a été multiplié par deux et demi dans le même laps de temps.

C’est en 2015 que la plateforme de location pour séjours de courte durée a commencé son déploiement dans l’Hexagone. La collecte dans les seules villes de Paris et Chamonix avait alors rapporté 1,2 M€. Une somme bien faible quand on constate que l’an passé, le produit collecté a été plus de cinq fois supérieur dans la seule capitale.

Un déploiement volontaire mais sous pression

En 2016, élargissant la collecte à 19 villes, Airbnb leur avait reversé 7,3 M€. Depuis le décret du 28 avril 2017 modifiant le Code du tourisme, les communes de plus de 200 000 habitants et celles de la petite couronne parisienne ont les moyens de ne plus voir s’évaporer leur taxe de séjour, puisque les propriétaires de meublés sont contraints de déclarer locataires et durées de séjours. Une mesure destinée à calmer les hôteliers pestant contre cette concurrence déloyale, et à diminuer la fraude qui, en évitant aux vacanciers d’acquitter la taxe, prive les collectivités d’une manne importante.

Certes, la démarche d’Airbnb a été volontaire, mais elle s’était faite sous la pression des élus locaux. L’organisation comporte encore des zones de flou, mais alors qu’elle compte déployer la collecte sur 15 000 communes dès 2018, Airbnb a fait la preuve cette année qu’elle était « la première plateforme de location meublée à contribuer aussi massivement aux finances des collectivités locales », comme l’affirme son directeur France, Emmanuel Marill. Les sommes devraient être investies par les communes et intercommunalités dans leurs projets de développement touristique.

Paris en pole, Nice en puissance

À noter que les trois villes percevant le plus de taxe de séjour sont Paris, très loin devant avec 6,9 M€, Nice (860 000 €) et Marseille (790 000 €), et que 550 000 € vont aller dans les caisses de stations de ski des Alpes.

Parallèlement, les plus fortes augmentations de taxe de séjour, entre 2016 et 2017, sont enregistrées à Nice (+332 %), Nantes (+264 %) et Cannes (+202 %).

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Airbnb va verser 13,5 M€ aux collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement