logo
DOSSIER : Migrants : comment les territoires ont pris le relais de l'Etat
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/546892/politique-daccueil-des-migrants-les-collectivites-ont-un-role-a-jouer-pour-faire-bouger-les-lignes/

RÉFUGIÉS
Politique d’accueil des migrants : « les collectivités ont un rôle à jouer pour faire bouger les lignes »
Françoise Sigot | France | Publié le 29/01/2018 | Mis à jour le 28/11/2018

Ancien directeur de Forum Réfugiés, élu lyonnais en charge de la politique du logement au sein du Grand Lyon entre 2008 et 2015, date à laquelle il démissionne en désaccord avec Gérard Collomb, Olivier Brachet est aujourd’hui juge assesseur nommé par le Haut Commissariat aux Réfugiés à la Cour nationale du droit d'asile. Il livre à La Gazette des communes sa vision de l’organisation vers laquelle il faut tendre pour accueillir les migrants et dont les collectivités sont, à son sens, les pièces maîtresses.

Quelle organisation préconisez-vous pour accueillir les migrants ?

brachet-olivierMême si l’on sait que l’on enregistrera des variations conjoncturelles, les mouvements migratoires vont aller en s’amplifiant dans les prochaines années. De fait, la France a besoin sur une longue durée, d’avoir une organisation d’accueil capable de pouvoir lever 100 000 lits en permanence. Et il lui faut aussi un plan B de 50 000 à 100 000 lits supplémentaires pouvant être activés pour faire face aux variations conjoncturelles. Autrement dit, l’hébergement d’urgence doit devenir une sous composante de la politique du logement. Pour y parvenir, les premiers impliqués doivent être les collectivités. Pour moi, ce point n’est pas discutable, il faut donc légiférer dans ce sens et imposer aux collectivités de plus de 5000 habitants par exemple, même si l’on peut discuter du curseur, de mettre en place un tel plan d’hébergement d’urgence.

Quelles collectivités visez-vous et avec quels moyens ?

Je pense que la commune, ou l’interco est la bonne échelle et que le nombre de places d’hébergement doit être défini en proportion de celui des habitants. Quant au financement, il faut aller vers un mix entre les collectivités et l’Etat.

Cette organisation inclut-elle l’accueil des mineurs qui fait vaciller les Départements ?

POUR ALLER PLUS LOIN