Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Plan villes moyennes, taxe d’habitation… Aux vœux de Villes de France, Jacques Mézard rassure

Cohésion des territoires

Plan villes moyennes, taxe d’habitation… Aux vœux de Villes de France, Jacques Mézard rassure

Publié le 24/01/2018 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : France

jacques-mezard
patricia marais
L'association Villes de France a présenté ces voeux le 24 janvier. L'occasion pour sa présidente Caroline Cayeux et François Baroin venu la soutenir de rappeler les préoccupations des territoires à Jacques Mézard.

Devant une cinquantaine de personnes, c’est François Baroin, le président de l’Association des maires de France qui a ouvert le bal à la Maison de la Chimie. Sous le regard de Caroline Cayeux, la patronne de Villes de France, visiblement satisfaite du passage de l’ancien ministre du Budget, il a estimé que « l’année 2018 serait celle du travail collectif » avec toutes les associations d’élus pour « atteindre deux objectifs ».

En attente de garanties sur la fiscalité locale

Le maire de Troyes (Aube) a d’abord souligné que les représentants du bloc communal seront « force de proposition » dans le cadre de la révision constitutionnelle promise par Emmanuel Macron qui impactera l’article 72 de la Constitution qui fonde le principe de libre-administration des collectivités.

Le soutien de François Fillon à l’élection présidentielle a également prononcé quelques mots concernant la fin de la taxe d’habitation, grand sujet d’inquiétude pour les élus locaux. Il a déclaré attendre des « garanties au sujet des ressources propres des communes (…) et le maintien d’un véritable lien entre le citoyen, l’usager et le contribuable ».

Les villes moyennes, trop souvent laissées de côté

Puis Caroline Cayeux lui a succédé à la tribune. L’occasion pour la maire de Beauvais (Oise) de rappeler que l’association Villes de France fête ses 30 ans. « Alors que nous allons continuer à construire la cohésion de nos territoires (…), il faut dire que les villes moyennes ont trop longtemps été des laissées pour compte des politiques publiques » a souligné la présidente.

« C’est pour cela qu’il faut se féliciter que, pour la première fois depuis 40 ans, un plan spécifique aux villes moyennes ait été lancé » a continué l’édile tout en insistant sur son « questionnement quant aux délais d’identification des villes susceptibles de bénéficier de ce plan ».

Des modalités de compensation dans la durée

Enfin, c’est Jean-François Debat, le maire de Bourg-en-Bresse (Ain) et président délégué de Villes de France a tenu à faire passer un message au ministre de la Cohésion des territoires.

« Nous sommes auditionnés cette après-midi par la mission Richard-Bur », a-t-il expliqué, faisant référence à la mission sur les finances locales confiée par Edouard Philippe au sénateur Alain Richard et le préfet de région honoraire Dominique Bur.

« Nous allons leur rappeler que notre objectif est que la compensation financière liée à la disparition de la taxe d’habitation soit faite simplement. Je n’ai d’ailleurs pas gardé un très bon souvenir de la compensation liée à la fin de la taxe professionnelle », souligne l’ancien vice-président de la Région Rhône-Alpes délégué aux finances aux finances.

Jacques Mézard a tenté de rassurer

Avant d’expliquer que « les modalités de compensation choisies doivent s’inscrire dans la durée. Pas un an ou trois ans mais bien pendant huit ou dix ans » a insisté le maire de Bourg-en-Bresse (Ain). « Enfin, il y a une vraie inquiétude sur le bouclage des budgets des bailleurs sociaux, ce qui est inquiétant pour faire avancer les projets de rénovation urbaine » a insisté l’édile.

Ces nombreuses craintes ont bien été entendues par Jacques Mézard qui s’est efforcé de rassurer les élus locaux présents.

« L’Etat, c’est nous tous »

« J’entends en ce moment qu’il y aurait d’un côté l’Etat et de l’autre les élus locaux. Moi, je reste un élu local comme vous et l’Etat, c’est nous tous » a-t-il commencé. Celui qui est donc toujours conseiller municipal d’Aurillac (Cantal) a tenu à rappeler « qu’en tant qu’ancien président d’agglomération », il n’avait « aucun remerciement à faire à aucun gouvernement ces dix dernières années ».

Une façon de couper court donc aux récrimination des élus qui expliquent le malaise des territoires par l’absence d’expérience locale du président de la République.

Autre stratégie pour désamorcer la grogne liée à la fin de la taxe d’habitation, celle de se laisser du temps. « Nous avons un certain délai pour travailler ensemble sur cette réforme de la fiscalité locale qui est indispensable » a assuré le ministre, précisant que « nous n’avons pas le choix de nous tromper sur ce sujet ».

Des financements fléchés pour les communes les plus souffrantes

Enfin, concernant le plan villes moyennes lancé en décembre, Jacques Mézard a, là encore, tenu à apaiser les esprits. « Nous avons pensé ce plan pour que les potentiels financements de la Caisse des dépôts, de l’Etat, de l’ANRU, liés à la dynamisation des centres-villes, puissent arriver plus facilement pour faire avancer vos projets. D’ailleurs, je repars en ce moment les poches pleines de dossiers de députés et de sénateurs qui me demandent de regarder de près ce qui se passent dans les cœurs de villes de leur circonscription » s’est amusé l’ancien sénateur du Cantal.

« Vous êtes inquiets des délais et je vais donc demander à mes services de vous recevoir. Mais c’est vrai que nous n’allons pas tout résoudre. Nous voulons surtout donner un coup de main aux villes qui souffrent le plus. C’est ma vraie volonté politique » a conclu le ministre, tièdement applaudi.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Plan villes moyennes, taxe d’habitation… Aux vœux de Villes de France, Jacques Mézard rassure

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement