Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Patrimoine

Le numérique dépoussière les archives

Publié le 30/01/2018 • Par Nathalie Levray • dans : Dossiers d'actualité, France, Innovations et Territoires

StŽphanie Renard, 2016 - Ville de Toulouse, Archives municipales, 4Num12/202
STEPHANIE RENARD/VILLE DE TOULOUSE
Le numérique est une opportunité pour décupler la valorisation des fonds. La numérisation des archives élargit les diffusions. Les archivistes étendent leur périmètre traditionnel des chercheurs et des généalogistes au grand public. Ils collaborent avec les internautes autour des contenus. Au-delà d’une présence en ligne, les archivistes investissent les réseaux sociaux.

« Si on n’existe pas sur le numérique, on n’existe plus du tout », assène Catherine Bernard, directrice adjointe des archives municipales de Toulouse (466 300 hab.). Elle ne sera pas contredite par Martine Cardin, professeure titulaire en archivistique à l’université Laval de Québec (Canada), selon laquelle qui il est urgent de « penser des plateformes pour mettre en forme les archives et rendre l’archivistique ouverte et vivante ».

Alors, l’archiviste toulousaine n’a pas ménagé ses efforts quand son directeur lui a passé commande d’« un écosystème de moyens numériques » visant à communiquer avec les usagers et « sortir les archives des archives ». Afin de relever le pari d’une existence en ligne, Catherine Bernard a « élaboré une stratégie numérique à long terme, rédigé des contenus et fédéré une équipe ». Elle rit en se souvenant « d’avoir un peu forcé la main aux contributeurs dans le but d’écrire la newsletter mensuelle ».

La stratégie numérique toulousaine s’est construite sur un « ancrage dans le présent, pour apporter aux usagers des clés de compréhension et les projeter dans l’avenir », mais le site est un « socle pour construire des contenus d’informations et de connaissances, et valoriser les fonds sur deux axes prioritaires : l’évolution urbaine de Toulouse et les images », précise-t-elle.

Ces thèmes « attractifs » n’ont pas été choisis par hasard : il s’agit d’amener le grand public à surfer sur le site des archives afin qu’il utilise ensuite « les bases de données documentaires, les réseaux sociaux et le site UrbanHist (1) de connaissance de la ville ».

Expertise bénévole

Chargée de la communication et de la valorisation aux archives municipales et communautaires d’Orléans métropole (22 communes, 281 900 hab.), Christelle Bruant, archiviste responsable des fonds modernes, iconographiques et privés, administre aussi le site internet de l’agglo et le compte Twitter.

« Les archivistes ne sont plus condamnés à ne rencontrer que des initiés, et à ne croiser le grand public qu’au moment des Journées européennes du patrimoine », se réjouit-elle. Elle cite l’espace de commémoration de la guerre de 1914-1918 en ligne, « impossible à réaliser physiquement faute de lieu suffisamment grand pour accueillir le public ».
Elle reconnaît que cette intrusion numérique l’a conduite à « revoir sa réflexion sur la façon de transmettre ». Et de recevoir également.

Opérationnelles en ligne depuis 2011, les archives, principalement l’état civil, les cartes postales et les plans – soit « 1 % des fonds seulement », regrette-t-elle – bénéficient de l’expertise bénévole des usagers du site après accès validé.

Ce pari de l’annotation collaborative, testée avec les généalogistes, bénéficie tant aux usagers dans leurs recherches qu’à la collectivité pour qui c’est « un révélateur de pépites qui valorise ses sources ».

« Notre mission ultime est de mettre à disposition les documents archivés, sous toutes les formes, afin que les usagers s’en emparent », confirme Hugues Courant, responsable de la valorisation aux archives de la ville et de la métropole de Brest (8 communes, 208 500 hab.).
Le site d’un service des archives doit ainsi passer d’une simple

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le numérique dépoussière les archives

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement