Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

La difficile reconnaissance du phénomène des villes en décroissance

Publié le 23/01/2018 • Par Delphine Gerbeau • dans : A la une, France

rue vide d'un centre-ville
Flikkersteph -5,000,000 views ,thank you! on Foter.com / CC BY
Le 19 janvier, les chercheurs du programme "Altergrowth" relatif aux villes en décroissance ont présenté les résultats de leurs recherches menées depuis 2015 lors d'un colloque organisé par le PUCA au ministère de la Cohésion des territoires. Si la mise à l'agenda politique de cette problématique semble avérée, les réponses apportées balbutient encore.

Cet article fait partie du dossier

Ces territoires en déclin qui ne se résignent pas

Shrinking cities, villes en décroissance, villes en déclin… Les termes sont multiples pour désigner ce phénomène mondial apparu au tournant des années 2000 aux Etats-Unis, en Allemagne, au Japon et depuis les années 2010 en France.

Des petites villes qui décrochent depuis une dizaine d’années

« En 2013, au début de notre travail, le thème de la décroissance urbaine était beaucoup moins visible qu’aujourd’hui, même si on avait identifié que depuis le milieu des années 2000 un certain nombre de villes petites et moyennes avaient commencé à décrocher », a résumé en ouverture du colloque Vincent Béal, maître de conférences en sociologie et membre du laboratoire SAGE de l’université de Strasbourg.

Un groupe de sociologues, démographes géographes, s’est donc réuni au sein du programme de recherche « Altergrowth », financé par l’Agence nationale de recherche, pour mener des études notamment quantitatives sur le phénomène. Avec une question en ligne de lire : les contextes de décroissance favorisent-ils l’émergence de politiques alternatives ?

La décroissance, entre inquiétude et opportunité

« Au départ, les contextes de décroissance sont caractérisés par une série de problèmes : la dévalorisation de l’espace urbain, la vacance résidentielle et commerciale, l’ethnicisation des centres-villes, le poids des charges de centralité. Mais ils sont aussi une source d’opportunités, avec des disponibilités foncières importantes, la faiblesse des dynamiques marchandes, des agendas politiques moins verrouillés », a souligné Vincent Béal.

C’est aux Etats-Unis, où le phénomène est plus ancien, que des politiques alternatives ont été développées, avec une volonté de rompre avec le modèle de la croissance, en privilégiant la qualité de vie des habitants, par exemple en redimensionnant la ville par des opérations de démolition reconstruction, et en favorisant de nouveaux usages comme l’agriculture urbaine. Mais ces stratégies restent ambiguës, et peuvent entraîner des phénomènes de gentrification, et donc d’accroissement des inégalités.

Quatre aires urbaines sur dix en décroissance

Nicolas Cauchi-Duval, également chercheur au laboratoire SAGE, a présenté une étude quantitative éclairante du phénomène de décroissance des aires urbaines entre 1990 et 2013. Sur les 771 aires urbaines, 293 sont en décroissance démographique sur cette période, et 155 ont connu un déclin démographique continu. Le phénomène se concentre sur les bassins miniers, le massif central et la « diagonale du vide », mais aussi dans un ensemble de villes du bassin parisien.

La composante migratoire est le plus souvent responsable de cette baisse de population  – il y a plus de départs que d’arrivées de nouveaux habitants. Y sont associés des taux de chômage plus élevés, des taux de vacance des logements plus importants… Le chercheur a identifié plusieurs type de décroissance – dans certains cas, la ville centre et la périphérie sont en décroissance, dans d’autres, seule la ville-centre l’est.
« Une fois le mouvement de décroissance amorcé, il est très compliqué de le stopper, de le réguler, sur des territoires en fort desserrement. Cela pose le problème du dialogue interterritoires, et de la planification urbaine, notamment au travers du Scot », estime Nicolas Cauchi-Duval.

Une difficile inscription à l’agenda politique

Comment les pouvoirs publics français ont-ils pris conscience du problème et s’en emparent-ils ? C’est ce que se sont demandés les chercheurs Sylvie Fol, Marie Mondain et Rémi Dormois, au travers d’une enquête menée en 2015-2016 auprès d’acteurs des politiques urbaines.

En 2015, la question est quasiment absente de l’agenda des politiques urbaines. Certaines politiques ont même contribué à encore plus déstabilisé des villes en décroissance, comme les politiques de rationalisation des services publics sur les territoires, ou le développement de la production neuve dans des villes ayant un fort taux de vacance des logements.

Un thème compliqué à porter estiment les élus

Rémi Dormois a mis en lumière le fait que « les aires urbaines touchées sont plutôt petites. Or, depuis quinze ans, les métropoles sont les cibles principales des politiques de l’Etat. Par ailleurs, les hauts dirigeants de la fonction publique ont une expérience territoriale assez limitée, sauf concernant le périmètre de l’Ile-de-France. Enfin, reconnaître l’existence de ces territoires représente un risque de remise en cause du pacte républicain » souligne le chercheur.

Quant aux élus locaux, qui gouvernent les collectivités via des coalitions, mettre en avant la thématique de la décroissance ne serait pas particulièrement fédérateur.

Le logement, principal sujet

C’est surtout via la question du logement que la thématique a émergé, et notamment du logement social. Aujourd’hui, la prise en compte de la décroissance se fait sur cette thématique au travers du programme national de requalification des quartiers anciens dégradés, porté par l’Agence nationale de rénovation urbaine, ou par le programme national de requalification des centres-bourgs, porté par le CGET.

Un plan pour les villes moyennes dit « Coeur de ville » a été annoncé par le Gouvernement en décembre, mais « les politiques restent pour le moment très standardisées, et la croissance reste l’horizon d’intervention, il est difficile de changer de paradigme », a jugé Sylvie Fol. Annabelle Boutet, du CGET, l’a d’ailleurs reconnu.

Compliqué de faire passer le message pour les centres-villes en déshérence

« Le sujet de la décroissance des villes reste politiquement compliqué. Dans le programme ‘Revitalisation de centres-bourgs’, on voit bien que les stratégies adoptées par les collectivités visent toujours à attirer des familles, et non à prendre en compte la problématique du vieillissement. Il nous faut trouver les arguments politiques pour convaincre de développer une politique autour de ces territoires » a expliqué l’experte.

Pour Michel François Delannoy, chargé de mission projets territoriaux complexes à la Caisse des dépôts et consignations, qui supervise le programme Centre-ville de demain proposé par la CDC, « il faut passer de la gestion de crise au développement de projet territorial. Mais on bute sur des équations très dures, par exemple sur la dédensification : on veut démolir, requalifier, mais comment tenir les équations financières ? Entretenir ces espaces dédensifiés demande plus de dépenses. Si on n’apporte pas une réponse basée sur la solidarité financière entre territoires, on restera bloqué » conclut-il.

Cet article fait partie du Dossier

Ces territoires en déclin qui ne se résignent pas

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La difficile reconnaissance du phénomène des villes en décroissance

Votre e-mail ne sera pas publié

Facile

24/01/2018 09h20

Je retrouve très précisément ce qui se produit dans ma petite préfecture de campagne: plus de logements et de commerces qui ne trouvent pas preneur, la population qui diminue…

La réponse des politiques qui gèrent aussi bien les communes concernées comme la communauté d’agglomération est d’affirmer que cela est dû aux bailleurs de ces logements ou commerces vides qui exigent des loyers qui ne permettent pas de les occuper???

Inutile de dire que les taux de taxes foncières sont largement au-dessus de la moyenne nationale… une commune est depuis plus de cinq ans dans le peloton de tête pour le taux de ces taxes. Encore un effort et elle sera sur le podium. mais elle est suivie de près par la ville centre.

Comme cela ne suffisait pas, la plupart de ces collectivités ont adopté des mesures coercitives (taxes sur les logements vacants, idem pour les magasins vides) pour inciter les propriétaires à remettre leurs biens sur le marché.

Je serais très curieux de connaître le point de vue de ces élus à la lecture de cet article.

Oldpicsou

24/01/2018 01h24

DOUAI connaît actuellement la pire des récessions. Une politique municipale férocement anti-voitures a bouté les anciens clients du centre vers la Grande Distribution périphérique. Stationnement: forte réduction du nombre de places payantes et augmentation des amendes pour dépassement de la durée autorisée, limitation de vitesse à 30km/h dans toute la ville..enfin tout pour détourner les clients vers les galeries commerciales périphériques et leurs immenses parkings gratuits et à durée illimitée. Le taux de vacance commerciale approche les 25%…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement