Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Foncier public : la Cour des comptes est critique sur les cessions avec décote

Publié le 23/01/2018 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

5857235122_659041ded0_z
Flickr cc by TaxRebate.org.uk
Dans un référé du 26 octobre 2017, rendu public le 23 janvier, la Cour des comptes analyse l'efficacité du dispositif de cession du foncier public avec décote, en vue de la construction de logements sociaux. Alors que le ministère de la cohésion des territoires souhaite lui donner un nouvel élan, la Cour alerte sur la complexité de ces opérations, et le manque d'évaluation de leur coût pour l'Etat.

C’était l’une des premières lois fortes du quinquennat de François Hollande, portée par sa première ministre du logement Cécile Duflot : la loi du 18 janvier 2013 relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social.

Elle prévoyait la possibilité pour l’Etat et ses établissements publics de céder des terrains publics avec une décote pouvant aller jusqu’à 100% du prix, dans le but d’accélérer la production de logements sociaux.

Le mécanisme a mis du temps à s’installer, notamment du fait de la réticence des services de l’Etat par rapport à ce changement de logique sur la valorisation du patrimoine public. Il est progressivement monté en charge, sous l’impulsion notamment du conseil national de l’aménagement, de l’urbanisme et du foncier (CNAUF), présidé par l’ex sénateur Thierry Repentin.

Sur la période 2013 – 2016, 69 cessions ont été réalisées via ce dispositif, permettant la réalisation de 6 700 logements.

La Cour des comptes comme le veut sa fonction a examiné le mécanisme sous un prisme très financier. « Avec un coût global supérieur à 107 millions d’euros, ce dispositif s’avère peu efficient et a parfois entraîné le lancement d’opérations bénéficiant d’une aide disproportionnée par rapport aux objectifs de construction de logements sociaux », note-t-elle en introduction.

Elle estime que la création de cette procédure s’est ajoutée aux dispositifs déjà existants, sans rationalisation de l’ensemble. La procédure est complexe et impose des charges lourdes aux acquéreurs, ce qui expliquerait sa faible utilisation selon la Cour.

Un rapport coût – production de logements sociaux parfois déséquilibré

Sur l’efficacité de ces cessions, la Cour note qu’un tiers ont été réalisées dans des zones de faible tension immobilière, là où les besoins en logements sociaux sont moins forts, et ont, in fine, abouti parfois à des programmes de quelques logements seulement. La Cour note enfin le coût élevé de certaines décotes, équivalant parfois à une subvention de plus de 260 000 euros par logement à Paris…

Enfin le référé pointe « le risque d’instrumentalisation des règles d’urbanisme qui « peut conduire à l’acquisition, par les communes, de vastes emprises en zone urbaine, à des prix avantageux, au détriment des intérêts de l’État, alors que les collectivités peuvent simultanément continuer, pour certaines d’entre elles, à céder leurs parcelles au plus offrant par des procédures de mise en concurrence, sans imposer systématiquement des contraintes en matière de production de logements sociaux ».

Un recentrage du dispositif à envisager

La Cour émet donc une série de recommandations à la suite de ces constats. Elle propose tout d’abord une simplification de la procédure, et un recentrage sur les zones immobilières tendues. Pour les dossiers importants, il faudrait inclure par avenant la possibilité pour les services de l’État d’effectuer un contrôle financier a posteriori de l’équilibre économique des opérations décotées. Et prévoir des clauses de sanctions financières pour éviter des avantages financiers disproportionnés.

Dans sa réponse au référé, le Premier ministre rappelle notamment que les besoins en logements sociaux existent également dans les territoires détendus, et qu’en « secteurs détendus aussi, des opérations peuvent être déséquilibrées, quand bien même le foncier y est moins cher qu’ailleurs ».

Une réflexion interministérielle sur les évolutions possibles a d’ailleurs été lancée, dans le cadre de l’élaboration du projet de loi ELAN (Evolution du logement et aménagement numérique), actuellement en cours de concertation.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Foncier public : la Cour des comptes est critique sur les cessions avec décote

Votre e-mail ne sera pas publié

Facile

24/01/2018 09h31

Ce rapport de la Cour des Comptes montre, encore une fois, que l’on confond souvent vitesse et précipitation. Ne dit-on pas qu’à faire les choses trop vite on commet des erreurs?

D’autre part, la loi concernant les logements sociaux est absurde. Elle exige dans certaines communes que le parc social représente jusqu’à 25 % Des logements.
Je comprends bien l’intérêt là où il y a une tension sur les logements. Mais on constate que certains organismes HLM ont du mal à louer leurs logements; alors que l’on est loin sur cette communauté d’agglomération des 25 % voire des 20 % !

Bien sur il faut favoriser la mixité sociale et le logement social mais pas à n’importe quel prix et n’importe où!

Je me demande quand les élus nationaux prendront la mesure de cette difficulté et quand ils mettront en œuvre une politique adaptée dans ce domaine.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement